Michel Platini ne reculera pas sur le fair-play financier

J.L.
— 
Michel Platini le 29 avril 2012
Michel Platini le 29 avril 2012 — A.GAROFALO/REUTERS

Michel Platini ne lâche rien sur le fair-play financier. Dans un entretien accordé à l’AFP, le président de l’UEFA a confirmé qu’il ne reculerait pas s’il devait sanctionner de grands clubs européens à l’avenir. «Certains clubs sanctionnés iront sans doute devant les tribunaux et puis on verra ce qui se passera De toute façon, soit c'est Paris ou ceux qui sont susceptibles d'être sanctionnés qui crient sur moi, soit ce sont tous les autres clubs du monde qui crient sur moi si on ne fait pas respecter le fair-play financier.»

Et de citer l’exemple de Malaga, suspendu de Coupe d’Europe la saison prochaine et peut-être des trois autres à venir si le club espagnol ne rétablit pas sa situation financière: « Je n'ai pas pris la décision, mais c'est moi qui morfle de toute façon (critiques du club dans la presse, ndlr), mais bon si c'est mon destin de morfler pour les autres... J’assume, sinon à la fin, la bulle explose.»

Interroger sur la situation particulière du PSG, Michel Platini n’a pu s’empêcher d’adresser une petite pique à l’adresse du club parisien: «Ceux qui ont accepté étaient les réfractaires au début, et ceux qui voulaient n'en veulent plus, comme la France (cas du PSG, ndlr), par exemple (ironique, ndlr). On n'est pas dupes».