PSG-Barça: «Je ne vais pas mettre des somnifères dans leurs gourdes»

Propos recueillis par Antoine Maes

— 

Michaël Pereira, joueur de Majorque, au duel avec le Barcelonais Carles Puyol, en mars 2012.
Michaël Pereira, joueur de Majorque, au duel avec le Barcelonais Carles Puyol, en mars 2012. — JAIME REINA / AFP

Il a 25 ans, trois saisons pleines en Liga au compteur, et pourtant, c’est un quasi-inconnu en France. Michaël Pereira, milieu offensif de Majorque, sera au Camp Nou samedi soir pour affronter le Barça avec Majorque. Natif de Livry-Gargan et ancien joueur du Blanc-Mesnil et d’Alfortville, il est aussi supporter du PSG. Et s’il aidé son club de cœur, qui retrouvera les Catalans mercredi.

Quand on s’apprête à jouer le Barça, est-ce qu’on est content que Lionel Messi soit forfait?

Mes amis préfèrent que Messi soit là. Moi je préfère qu’il reste chez lui et qu’on prenne les trois points. Surtout dans le contexte actuel (Majorque est avant-dernier). Messi, je l’ai déjà joué: pour l’histoire, c’est beau de pouvoir dire à tes enfants que tu as joué contre lui. Mais le mec il te prend tes points! Il te met sa main dans ta poche et il te prend ton argent! S’il ne joue pas, tant mieux. Mais contre le PSG, il sera peut-être remis. 

Est-ce que vous avez déjà réussi à les battre?

Je les ai joués six fois. Une fois il y a trois ans, on fait  1-1 au Camp Nou. Ils avaient un match important en Ligue des champions juste après. Avec le Barça, s’ils jouent un match important avant ou après, ça joue beaucoup. La semaine passée, le Celta Vigo fait 2-2, les Barcelonais revenaient de sélection et juste après c’était le PSG, ils n’avaient pas la tête à ça. 

Vous serez supporter du PSG mercredi?

Je suis né à Livry-Gargan. J’ai grandi à côté de l’aéroport de Roissy. J’ai joué dans tout le 93.  Je suis à fond pour Paris. Pour moi, une personne doit supporter l’équipe de là où elle est née, là où elle a grandi, là où elle a joué au ballon. J’allais au Parc à l’époque. Pas celle des Qataris, celle des Coridon, tout ça. Tu vas au Parc avec du Coridon, t’es un vrai supporter! Je n’y allais pas tout le temps, parce que j’habitais loin, le 77 c’est pas la porte à côté. Et depuis que je suis petit, mon père m’a toujours dit que c’était hyper dangereux. Quand je suis devenu autonome, j’y allais. Pas forcément avec l’écharpe mais j’y allais. 

Du coup, comment pouvez-vous rendre service au PSG ce week-end?

Malheureusement je ne peux rien faire! Les mecs qui vont jouer mercredi je ne vais pas les affronter ce week-end. Je ne peux pas mettre des somnifères dans leurs gourdes. Ou des clous dans les chaussures. Et puis le PSG n’a pas besoin de ça. Ils ont gagné un peu le respect de Barcelone sur l’aller. 

Les Espagnols ont peur du PSG?

Le Barça reste favori, même si Messi n’est pas là. Ce serait incroyable que le PSG les batte à domicile. Dans les journaux ou dans la tête de n’importe quel espagnol, même pour un madridiste, c’est pas possible. Après, ce qui les a impressionnés, c’est la qualité et la sérénité des joueurs du PSG. Parce que l’argent ne fait pas forcément une équipe, mais ils ont vu une équipe. Qui sait défendre, qui a une bonne relance, qui a une attaque dangereuse. 

Quand est-ce que vous revenez en France?

C’est un business, il y plusieurs catégories de joueurs: ceux qui explosent tout, ceux qui sont pas chers, et ceux qui sont en fin de contrat. Moi je peux être un joueur intéressant, parce qu’il ne me reste qu’un an. L’année dernière, j’ai eu des propositions, Majorque a été un peu gourmand. Cette année, ils ne peuvent pas faire la même erreur. Moi, je suis dans le sac de ceux qui ne vont pas trop choisir. Tu dis oui ou tu dis non, mais au final, tu vas chez celui qui donne le plus. Moi j’ai une préférence pour l’Angleterre, mais on peut pas tout avoir. La France? C’est clair que ça m’attire, j’ai laissé ma vie là-bas. La Ligue 1, pour moi, c’est le Canal Football Club, c’est toute mon adolescence, c’est le samedi soir sur Canal+, ma famille et mes amis.