Rugby/Racing Métro: Fabrice Estebanez sort du frigo

RUGBY Le trois-quarts centre francilien a purgé sa suspension d'un mois...

R. B.

— 

Le trois-quarts du Racing-Métro Fabrice Estebanez  lors du match contre Lyon le 18 février 2012.
Le trois-quarts du Racing-Métro Fabrice Estebanez  lors du match contre Lyon le 18 février 2012. — PHILIPPE MERLE / AFP

«Même vous, vous m’aviez manqué», lance, sourire aux lèvres, Fabrice Estebanez aux journalistes en entrant dans la salle de presse. De retour pour affronter Bayonne samedi, le trois-quarts centre du Racing a fini de purger son mois de suspension, consécutif à la manchette infligée à l’Anglais des Saracens David Strettle en H-Cup. Un geste qu’il a eu le temps de méditer lors des week-ends passés à la maison. «Il va falloir que je freine ma frustration sur la pelouse samedi si je ne veux pas repartir en congés rapidement, rit le joueur, déjà suspendu trois semaines pour un plaquage dangereux avec le XV de France à la Coupe du monde 2011. Sérieusement, ça va me faire du bien de retrouver le terrain même si j’ai pu travailler d’autres aspects comme la musculation.»

Titulaire indiscutable dans la ligne arrière du Racing en début d’année, Estebanez a eu tout le loisir de regarder Alexandre Dumoulin et Olly Barkley briller à son poste. Absent des victoires contre Bordeaux-Bègles (15-22) et Clermont (12-6), l’ancien Briviste a vu son statut s’ébrécher avec les performances de ses deux concurrents. «Sa suspension tombait bien, il avait beaucoup joué en première partie de saison, explique le manager francilien Gonzalo Quesada. Il en a profité pour se reposer un peu. Vu les performances de ses remplaçants, il repart dans une logique de concurrence totale.» «Je dois regagner ma place», confirme l’intéressé.

Il arrive dans un contexte très favorable. Très solides en Top 14 depuis le début des matchs retour avec aucun essai encaissé en quatre rencontres, les Racingmen continuent de grappiller leur retard vers la sixième place, occupée par Grenoble, synonyme de qualification pour les barrages du Top 14. A égalité de points avec les Isérois, les hommes de Quesada peuvent en profiter pour leur mettre la pression avant de les défier à Colombes début mars. «On a fait de super matchs contre les favoris mais il va falloir rester humbles», poursuit Estebanez. Pour lui, il faudra surtout garder ses nerfs.