Daniel Bravo: «Le PSG a 99% de chance d’être champion»

Propos recueillis par Antoine Maes

— 

Daniel Bravo sur le plateau de canal+.
Daniel Bravo sur le plateau de canal+. — CANAL+

Un ouragan? Une épidémie? Une pluie de sauterelles? A 14 matchs de la fin du championnat, le PSG et ses six points d’avance sur Lyon ont déjà tué le suspens. C’est en tout cas l’avis de Daniel Bravo, alors que les coéquipiers de Zlatan Ibrahimovic se déplacent à Sochaux dimanche. Pour l’ancien milieu de terrain parisien, aujourd’hui consultant à Canal+, l’issue de la saison fait assez peu de doute.

Qu’est-ce qui peut empêcher le PSG d’être champion?

Honnêtement, rien. Evidemment, la réponse bateau, c’est de dire que leur principal adversaire aujourd’hui, c’est eux-mêmes. Mais quand on voit ce qu’ils sont capables de faire, leur régularité en ce moment, la solidité défensive, leur façon de jouer en équipe… A partir du moment où ils ont ces vertus en ayant beaucoup plus de qualités que les autres, honnêtement… Il n’y a que Lyon qui pouvait les titiller un peu. Et maintenant que l’OL a craqué, les Parisiens pourront avoir quelques ratés, quelques matchs compliqués. 

Décréter que Paris est champion mi-février, ça ne peut pas être dangereux?

Mais dire qu’ils vont être champions, on le dit tous depuis le début. Donc rien n’a changé pour eux.  Ce qui a changé, c’est qu’ils ont des certitudes. Avant, on doutait encore un peu, parce que ça ne s’était pas mis en place. Mais avec la force qu’ils doivent ressentir et qu’ils dégagent, avec six points d’avance, ils doivent se dire ‘’si on n’est pas champion c’est qu’on l’aura fait exprès’’. 

Quel est leur pourcentage de chance d’être champion selon vous?

A 99%. 

Ca va être compliqué de maintenir le suspens sur Canal+!

Moi je ne vendrai rien. L’intérêt, il sera sur les matchs en eux-mêmes, dans la course à la deuxième ou la troisième place, pour le maintien. Paris, je ne me pose même pas la question de savoir s’ils vont être champions. Je le dis depuis le début, et encore plus aujourd’hui. Quand je verrai jouer Paris, je prendrai toujours du plaisir, même si je sais que le championnat est plié. 

Si le PSG va loin en Ligue des champions, ça ne peut pas les perturber?

Toutes les équipes qui la jouent peuvent souffrir un peu, parce qu’on y laisse beaucoup de jus physiquement et mentalement. Mais ce qui va permettre à Paris de gérer ça, c’est son effectif. Ils ont maintenant quasiment deux équipes compétitives. Ils ont déjà montré qu’ils pouvaient jouer sans Ibra, sans Thiago Silva, sans Thiago Motta… Ca veut dire qu’Ancelotti peut mettre une équipe compétitive en Ligue des champions et une autre dans les matchs supposés faciles de Ligue 1. Et puis s’ils marchent bien en C1, ça donne aussi du moral, de la joie. Ca peut être aussi un avantage. 

Pensez-vous qu’à Marseille ou Lyon, on a déjà fait une croix sur le titre?

Je pars du principe qu’il faut avoir un discours ambitieux, au moins à l’intérieur du vestiaire. Quand Antonetti dit ‘’attendez, vous nous mettez dans les 5 premiers on n’a pas les qualités pour’’, j’ose espérer que c’est un discours de façade. Et pour Lyon, Marseille, même Saint-Etienne, je dirai de ne pas se focaliser sur les Parisiens, parce qu’ils ne boxent pas dans la même catégorie. Mais que pour la 2e place personne n’est meilleur que nous. 

C’est déjà arrivé pourtant, et même au PSG, de perdre le titre malgré une avance confortable?

Aujourd’hui vous êtes Lyon, ça ne va pas, vous avez six points de retard et vous regardez Paris à Valence: il n’y en n’a pas un qui se dit ‘’on va gagner le titre’’. Pas un! Les équipes sont réalistes. Ca m’a fait marrer quand André Ayew a dit ‘’on va voir où sont les stars’’ avant de jouer contre le PSG. C’est pour se faire plaisir, parce que franchement, ce n’est pas un discours très réaliste.