Coronavirus : A quoi correspond la quarantaine annoncée pour les personnes qui reviennent de pays à risque ?

ISOLEMENT Pour revenir en France depuis le Brésil, l’Argentine, le Chili et l’Afrique du sud il faudra bientôt passer par dix jours de quarantaine

R. G.-V.

— 

Une membre de la protection civile face à un voyageur à l'aéroport de Roissy. (illustration)
Une membre de la protection civile face à un voyageur à l'aéroport de Roissy. (illustration) — Gonzalo Fuentes/AP/SIPA
  • La France veut se protéger des variants brésiliens et sud-africains.
  • Elle va durcir drastiquement les conditions d’accès à son territoire depuis les pays les plus touchés par ces variants.
  • Aussi, une quarantaine sera imposée.

Finalement, la France a décidé de durcir les conditions d’accès à son territoire pour les personnes venant de plusieurs pays considérés plus à risque que les autres, où les variants du Covid-19 circulent plus qu’ailleurs. Pour celles et ceux qui veulent venir en France depuis certains pays d’Amérique du Sud notamment il faudra passer par une quarantaine à l’arrivée. Qui est concerné ? Quelles sont les conditions pour venir en France et comment la quarantaine doit se passer ? 20 Minutes fait le point.

Quels pays sont concernés et à partir de quand ?

Quatre pays sont concernés. Trois en Amérique du Sud : le Brésil, l’Argentine, et le Chili. Un en Afrique : l’Afrique du Sud. Le gouvernement français justifie sa décision par la forte circulation de variants du coronavirus encore peu présents en France : le variant sud-africain et le variant brésilien. C’est ce dernier qui a provoqué la suspension des vols entre la France et le Brésil le 14 avril. La mise en place de ces nouvelles mesures de quarantaine va se substituer progressivement à la suspension des vols : ceux-là vont en effet reprendre à partir du 23 avril inclus. Ce n’est en effet qu’à partir du 24 avril que ces nouvelles restrictions seront pleinement appliquées. La Guyane française, qui possède une longue frontière commune avec le Brésil et où le variant brésilien est déjà largement majoritaire est aussi concernée : non seulement les contrôles aux frontières sont renforcés mais la quarantaine et valable aussi pour les voyages de Guyane vers l’Hexagone.

A quoi correspond cette quarantaine ?

Il ne s’agit pas exactement d’une quarantaine. Certes, pendant dix jours les personnes doivent rester isolées, mais cet isolement se fait à domicile et pas dans des hôtels autour des aéroports, comme c’est le cas par exemple au Royaume-Uni, en Irlande ou même en Nouvelle-Calédonie. Aussi, le communiqué de Matignon annonçant la mise en place de ces nouvelles mesures précise que l’isolement est accompagné de « restriction d’horaires de sortie » : sous entendu il est visiblement possible de sortir, au moins un peu. Le gouvernement promet tout de même de mettre en place un « système de vérification » de « l’existence d’un lieu de quarantaine adapté » une fois arrivé à destination. Des contrôles doivent être effectués par la police ou la gendarmerie pour vérifier que l’isolement est bien respecté, si non le ou la contrevenante écopera d’une amende.

Quelles raisons valables pour venir en France ?

Ce dimanche, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a rappelé sur France 3 que les frontières, hors Union européenne, étaient fermées depuis un an, sauf raisons impérieuses familiales ou professionnelles. Mais dans le cas des pays mentionnés plus tôt, il s’agit d’encore réduire le nombre de raisons valables pour se rendre en France. Ces conditions « beaucoup plus drastiques », pour reprendre la formule de Jean-Yves Le Drian sont simples : les ressortissants et ressortissantes françaises, leurs enfants et conjoints ou conjointes le cas échéant. C’est tout. La France ne peut pas aller plus : c’est un droit constitutionnel de pouvoir rentrer sur le territoire national quand on est Français ou Française.

Quelles règles pour les tests ?

Bien sur, il faudra toujours un test négatif pour pouvoir prétendre venir en France. Mais, là aussi, les conditions sont durcies : d’habitude il faut justifier d’un test PCR datant de moins de soixante-douze heures pour embarquer. Pour des avions venant de ces pays, le test PCR négatif devra dater désormais de moins de trente-six heures. Si vous n’avez qu’un résultat de PCR de moins soixante-douze heures, il vous faudra en plus un résultat négatif d’un test antigénique datant de moins de vingt-quatre heures. Par ailleurs, une fois arrivé en France, les voyageurs et voyageuses devront subir un nouveau test, antigénique.