Tevapharma

Les aidants ont besoin d’aide

Entraide En France, 11 millions de personnes sont en situation d'aidance. Une situation qui nécessite patience, temps et énergie afin de prendrer soin du proche fragilisé.

Amélie Pelletier - 20 Minutes Production

— 

40% des aidants manquent de temps pour s’occuper de leurs proches.
40% des aidants manquent de temps pour s’occuper de leurs proches. — Getty Images

L’aidant, c’est la personne qui consacre régulièrement du temps à l’un de ses proches en perte d’autonomie du fait de son grand âge (57 %), d’une maladie grave (27 %) ou d’un handicap (28 %). Il s’agit le plus souvent d’une femme (58 %), et dans les trois quarts des cas, l’aidant a moins de 65 ans. Une fois sur deux, il est encore en activité, et dans un tiers des cas, il est retraité. Les plus jeunes ne sont pas épargnés puisqu’un quart des aidants a entre 15 et 34 ans.

Le rôle des aidants

Au-delà du soutien moral (66 %), l’aidant accompagne la personne aidée dans les actes de la vie quotidienne (activités domestiques, déplacements, formalités administratives), et lui rend visite ou lui téléphone régulièrement pour s’assurer que tout va bien (50 %). Il intervient la plupart du temps à son domicile, plutôt qu’en institution. Près d’un tiers des aidants s’occupent des aspects médicaux, et plus d’un quart des actes élémentaires (toilette, habillement, repas).

Les principaux obstacles rencontrés par les aidants

Le manque de temps, la fatigue physique et la complexité des démarches administratives représentent les trois principaux obstacles auxquels se heurtent les aidants. Viennent ensuite le manque de soutien moral, d’information sur le rôle et les droits des aidants, de ressources financières, de compétences… Des difficultés qui prennent plus ou moins d’importance selon l’âge de l’aidant, sa situation professionnelle, selon qu’il vit avec la personne aidée…

Où peuvent-ils obtenir de l’aide ?

L’aidant peut se rendre à sa mairie, où on le renseignera sur les démarches à entreprendre pour bénéficier d’aides, sur l’offre de services d’aide à domicile et d’établissements d’hébergement. Les caisses de retraite et groupes de prévoyance ont aussi des services d’action sociale. Il existe par ailleurs des services adaptés, qui dépendent de l’âge et du profil de la personne aidée : si elle souffre d’un handicap, la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) accueille, informe et oriente leurs proches. Si elle souffre d’une maladie, la CAF ou sa mutuelle informe sur les aides. Pour les adultes âgés de 20 à 60 ans : la Sécu, les mutuelles de l’aidant et de l’aidé, le service social de la CPAM (CRAMIF en Ile-de-France ou CARSAT en région), la caisse de prévoyance de l’aidé. Pour les plus de 60 ans : le Centre Local d’Information et de Coordination (CLIC), dédié aux personnes âgées, le centre communal ou départemental d’action social (CCAS/CDAS), les mutuelles de l’aidant et de l’aidé, et la caisse de prévoyance de ce dernier.

Comment les accompagner ?

Plusieurs dispositifs peuvent offrir un peu de répit aux aidants : accueils individualisés (jour, nuit, week-end), hébergements temporaires (établissements ou familles d’accueil agréés) ou même vacances (Maisons de répit). Des professionnels ou des bénévoles peuvent aussi prendre le relais si l’aidant a besoin de s’absenter. Selon Jean-Louis Anspach, PDG de Teva Santé, l’accompagnement des aidants « est primordial, car un aidant qui va bien c’est aussi un patient qui va mieux ». Pour un soutien psychologique et moral, l’aidant peut se tourner vers les groupes de parole des associations spécialisées ou son médecin. Pratiquer une activité comme la sophrologie, la méditation, la réflexologie ou le sport peut, par ailleurs, l’aider à se détacher du quotidien et à se recentrer sur lui. Enfin, les salariés peuvent s’adresser au service RH de leur entreprise pour obtenir des renseignements, notamment sur le congé de proche aidant.

Le collectif Je t’Aide, pour s’informer

Pour s’informer, les aidants peuvent aussi se tourner vers le collectif Je t’Aide, qui regroupe 22 associations spécialement dédiées à l’aide aux aidants. Sa mission : accélérer la reconnaissance des aidants via des actions de sensibilisation et de mobilisation citoyenne. « Il y a énormément de situations singulières mais tous les aidants partagent le sentiment d’être seuls, de ne pas être reconnus, de ne pas être accompagnés, de ne pas connaître leurs droits, d’avoir une administration publique compliquée », souligne Olivier Morice, délégué général du collectif Je T’Aide. Le collectif a d'ailleurs conçu, en partenariat avec le laboratoire Teva Santé, la Box Aidants. Véritable mine d’informations sur les associations, les structures institutionnelles et administratives, elle donne les clés pour mieux appréhender la vie d’aidants.

Sources :

  • BVA et Fondation APRIL. Baromètre des aidants, 4e vague. Septembre 2018 https://www.fondation-april.org/images/pdf/Rapport_complet_BaromtreAidants_2018_FondationAPRIL_BVA.pdf.
  • Vos principaux interlocuteurs administratifs. Institut national du cancer https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Demarches-sociales/Interlocuteurs-administratifs


FR/COMM/19/0002

https://www.teva-sante.fr/

Ce contenu a été réalisé par 20 Minutes Production, l’agence contenu de 20 Minutes, pour Teva