« L’aéronautique est une industrie d’innovations »

Métiers Damien Lasou (Vice-Président Aerospace et Defence du Groupe Expleo) explique pourquoi l'industrie aéronautique peut séduire les jeunes diplômés.

Baptiste Roux Dit Riche - 20 Minutes Production

— 

L'industrie aéronautique offre de belles opportunités aux jeunes diplômés en quête de projets innovants.
L'industrie aéronautique offre de belles opportunités aux jeunes diplômés en quête de projets innovants. — GettyImages
  • Le Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris-Le Bourget se tiendra du 17 au 23 juin
  • En 2019, le Groupe Expleo recrutera près de 800 personnes dans le secteur de l'aéronautique
  • Parmi les principaux écosystèmes régionaux du secteur : Toulouse, Lyon et Nantes

Quels sont les sujets qui animeront l’édition 2019 du Salon du Bourget ?

Le grand défi du moment, c’est la montée en cadence de la production. Les grands constructeurs ont des carnets de commande très remplis. Par exemple, chez Airbus, les ventes confirmées représentent déjà huit années de production. Il faut donc trouver des solutions technologiques, optimiser les process et les organisations, le tout sans compromis sur la qualité, la sécurité et la conformité règlementaire. Cela passe notamment par l’innovation et le déploiement à grande échelle de l’industrie 4.0. Autre grand sujet : la réduction de l’empreinte écologique du secteur. Les avions d’aujourd’hui consomment moins que leurs prédécesseurs, mais ils sont plus nombreux en exploitation. Enfin, la sécurité reste un enjeu prioritaire et les acteurs industriels travaillent à l’amélioration continue des produits et des procédures.

Quels types d’opportunités proposez-vous aux jeunes diplômés ?

Environ 40% de l’activité d’Expleo concerne l’industrie aéronautique. Nous recrutons cette année près de 800 personnes dans le secteur. Nos équipes travaillent dans tous les domaines de cette industrie (militaire, civil, spatial) et sur tous ses enjeux techniques (conception, matériaux, électronique, systèmes embarqués...). Nous aidons les grands acteurs industriels à innover toujours plus vite, à grande échelle. Cela permet donc à nos collaborateurs de vivre des expériences professionnelles variées et leur offre la possibilité de s’installer dans l’un des principaux écosystèmes du secteur, comme Toulouse, Lyon ou Nantes.

Quels types de profils recherchez-vous prioritairement ?

Nous recherchons des ingénieurs, mais aussi des techniciens. Dans les deux cas, nous ne ciblons pas uniquement des spécialistes de l’aéronautique. Nous recrutons également dans des métiers transverses comme la data science et l’électronique. Notre force est de savoir conjuguer ces compétences à la connaissance spécifique de l’industrie aéronautique et de pouvoir ainsi accompagner nos clients dans leur transition technologique.

Quand on a 20 ans en 2019, pourquoi s’orienter vers l’aéronautique ?

C’est une industrie d’innovations ! Du moteur à hydrogène à l’avion sans pilote, nous sommes au début d’une révolution technologique. Il ne faut pas non plus oublier que les entreprises françaises jouent un rôle de premier plan dans ce secteur. Il nous faut cultiver cette expertise reconnue !

Concevoir le dirigeable de demain avec les technologies d’aujourd’hui

LCA60T. Derrière ce sigle mystérieux se cache l’un des programmes aéronautiques les plus audacieux du moment. Développé par l’entreprise française Flying Whales, ce projet vise à produire, dès 2022, une solution alternative au transport de charges lourdes. Avec un concept séduisant : un dirigeable long de 150 mètres, haut comme un immeuble de 12 étages, et capable de transporter 60 tonnes de marchandises.  « Nous avons sollicité les équipes d’Expleo pour imaginer l’assemblage du LCA60T, puis pour réfléchir à la manière dont il allait se déplacer au sol, se mettre en vol et atterrir » indique Sébastien Bougon, Fondateur de Flying Whales. Après une session de tests en soufflerie – sur une maquette à l’échelle 1/150 - en début d’année, la prochaine étape du programme visera à réaliser, dès 2021, les premières pièces du dirigeable. LCA60T, un sigle qui ne devrait plus rester mystérieux très longtemps.