Piratage: Un an de prison ferme pour avoir mis en ligne «Wolverine»

ETATS-UNIS Le juge a voulu envoyer un message fort pour ce qu'il a décrit comme une infraction est «extrêmement sérieuse»...

P.B.

— 

 
  — DR

La fuite avait fait rager la Fox. Au printemps 2009, un mois avant la sortie en salles de Wolverine, le film était déjà disponible sur la toile. Les autorités avaient alors réussi à remonter jusqu'à un New-yorkais de 49 ans, qui a reconnu être le responsable. Lundi, Gilberto Sanchez a été condamné à un an de prison ferme.

«Une peine de prison envoie un message fort à tous les pirates. Le département de la Justice poursuivra quiconque vole la propriété intellectuelle de cette nation», a lancé le procureur, André Birotte Jr.

 

Récidiviste

Gilberto Sanchez n'en était pas à son coup d'essai. Il avait déjà été condamné pour un tel acte, et selon le juge, «n'a montré aucun remord». En plein débat sur la loi antipiratage SOPA, ce verdict était très attendu. Mesurer l'impact du piratage sur un film est toujours une mission impossible: au box office mondial, Wolverine a amassé 373 millions de dollars (la 13e performance de 2009). C'est plus que X-Men: First Class, cette année, qui bénéficiait pourtant de bien meilleures critiques.

 

Ces dernières années, la justice américaine a moins visé les internautes téléchargeurs qu'au début des années 2000. A la place, elle s'est concentrée sur le sommet de la chaîne alimentaire: les hackers qui mettent en ligne les films et les jeux.