Google+: Comment ne pas s'y noyer

Web Le nouveau réseau social de Google attire les curieux, mais gare à ne pas s'y perdre. 20Minutes fait le point...

L.A. Van Hullebusch
— 
«+1», la réponse de Google au «like» de Facebook.
«+1», la réponse de Google au «like» de Facebook. — DR

Depuis que Google a lancé son nouveau réseau social, Google+, les invitations à s’y inscrire ont été nombreuses. Le succès que remporte ce concurrent direct de Facebook est encore à déterminer mais pour cela, encore faut-il décoder un peu ce nouvel outil  de la lignée Google. La rédaction de 20Minutes l’a testé pour vous.

 

Au commencement, tout semble parfait. Une interface travaillée, une utilisation assez intuitive. L'organisation des contacts en  cercle a été justement plébiscitée. Le flux est très similaire à celui que l’on trouve  sur Facebook, avec toutefois quelques options de filtrage assez  pratiques (filtrage par cercle). La gestion des cercles est simple (drag  & drop), ce qui permet une prise en  main rapide. On notera également la présence de la barre Google en haut de la page, qui permet d'accéder directement à son Gmail, ses Gdoc, Picasa, etc...

Mais si jusqu'ici  tout semble sans faute, il y a de quoi déchanter par la suite. Quelques  heures après son inscription, on se rend compte que son profil est  public, et que tout le monde peut nous suivre, un  peu à la façon de Twitter. Pour supprimer cet inconvénient de taille, il  faut se rendre dans les paramètres Google+, et modifier toutes les  clauses dans la section «profil et confidentialité». Cette mauvaise surprise n'est malheureusement pas la seule. Le réseau social va piocher dans vos autres applications Google, dont Picasa, et affiche sans vous demander au préalable les photos de vos albums. Encore une fois, cela peut être rectifié par la suite, mais le côté intrusif de ce dernier point laisse perplexe.

 

La confidentialité, pourquoi faire?

Une autre  trouvaille en dérangera plus d'un: il est possible d'ajouter une  personne à ses cercles, et de regarder son profil, même si celui-ci ne  nous a pas ajouté à ses cercles de son côté. L'aspect «validation de mise en relation» présent sur Facebook n'est pas de mise ici. Un parfait inconnu peut  visualiser vos données s'il vous trouve sur le réseau. Cependant, les  options de confidentialité permettent encore une fois d'éviter ce genre  de situations.


S'il faut accorder un bon point majeur à Google+, c'est la facilité de  «quitter la maison». Qui ne  s'est jamais demandé comment quitter Facebook? Il existe bien un moyen  de désactiver son compte facilement, mais supprimer totalement son  compte et les données enregistrées relève du véritable parcours du combattant. Le concurrent propose deux options extrêmement simples: «Suppression de mon profil et des fonctionnalités de réseau social» pour supprimer son accès Google+, et «Supprimer le compte» pour supprimer tous les services associés à son compte Google. 


En résumé, Google+ est un réseau alléchant, qui à toutes les clés pour séduire certaines catégories d'utilisateurs. Cependant, la prudence est de mise quant à la diffusion des données mises  en ligne, certaines clauses restant encore un peu floues...