L'Apps store d'Apple: 1 an et 1,5 milliard de téléchargements

LOGICIEL La croissance de la plateforme d'Apple se poursuit sans relâche...

Philippe Berry, à Los Angeles

— 

Le cap du milliard d'applications iPhone téléchargées a été franchi le 23 avril 2009
Le cap du milliard d'applications iPhone téléchargées a été franchi le 23 avril 2009 — Apple

Les chiffres donnent le vertige. 65.000 applications disponibles, 1,5 milliard téléchargées, 100.000 développeurs... Alors qu'elle souffle sa première bougie, l'Apps store d'Apple «est du jamais vu dans l'industrie, par sa taille et sa qualité», s'auto-congratule Steve Jobs mardi.

 

Quelle proportion des applications téléchargées est payante? A combien se montent les bénéfices? Contacté par 20minutes.fr, Apple refuse d'en révéler davantage. Ce que l'ont sait, c'est qu'Apple prend 30% sur chaque application vendue, qu'un individu doit payer 99$ pour acheter une licence afin de développer sur la plateforme, contre 299$ pour une entreprise. Secouez tout ça et vous obtenez, selon les postulats payant/gratuit, un chiffre d'affaires de quelques dizaines à quelques centaines de millions de dollars.

 

Le processus de validation à simplifier

 

Ce n'est pas la question, estime CNN Money, qui rappelle que Steve Jobs avait affirmé aux débuts de l'Apps store qu'elle était «juste dessinée pour atteindre l'équilibre». Traduction, selon la chaîne: les applications sont là pour transformer l'iPhone/iPod touch en couteau suisse (console de jeu, organizer, briquet virtuel, instrument de musique) et leur donner un avantage décisif sur la concurrence. Jusqu'ici, Apple dit avoir écoulé 40 millions d'iPhones/iPhod touch.

 

Pour certains développeurs, c'est le jackpot. Mais avec 65.000 applications, l'Apps store est une jungle. Rares sont ceux qui font fortune. L'un d'entre eux raconte son expérience, qu'il assimile à jouer au loto. Et une complainte revient sans cesse, après plusieurs décisions incompréhensibles d'Apple: le processus de validation des applications semble des plus arbitraire. Apple compte-t-il le revoir? «No comment». Quand on sait qu'il a fallu sept mois à Apple pour atteindre son premier demi milliard de téléchargements, puis trois mois pour le second, et à peine plus de deux mois pour le troisième, l'entreprise peut visiblement continuer à n'en faire qu'à sa tête.


Pendant ce temps-là, Microsoft a annoncé mardi qu'il allait commencer fin juillet à passer au crible les applications développées pour les téléphones tournant sous Windows Mobile. Lancement prévu de la Windows markeplace for mobile: cet automne.

Microsoft, Nokia et tous les autres arrivent-ils trop tard?