Ransomwares : Explosion des montants moyens exigés en 2020

ARNAQUES Entre 310 millions et 350 millions de dollars ont été demandés en guise de rançons, soit le triple des sommes réclamées en 2019

20 Minutes avec agence
— 
Un hacker (illustration).
Un hacker (illustration). — Jaap Arriens/Sipa USA/SIPA

Les ransomwares explosent en nombre et coûtent de plus en plus cher aux victimes, selon différents rapports. Pour PaloAlto Networks, le niveau moyen des rançons a été multiplié par trois en 2020. La société de cybersécurité a comptabilisé plus de 312.000 dollars en sommes exigées, contre plus de 115.000 dollars en 2019.

Le montant moyen des rançons est également plus élevé, atteignant plus de 847.000 dollars rapporte Le Monde Informatique. Une société d’analyse de la blockchain, Chainalysis, a relaté en janvier dernier qu’une hausse de 311 % des revenus tirés des ransomwares en 2020 a été enregistrée, pour un montant d’au moins 350 millions de dollars.

La double extorsion davantage pratiquée

La plus forte rançon en 2020 a atteint 30 millions de dollars, contre moitié moins en 2019, selon PaloAlto Networks. L’année dernière, un groupe de santé américain a déboursé 10 millions de dollars pour recouvrer ses données. La plus grosse somme versée l’année précédente était de 5 millions de dollars. Les pirates ont profité de l’épidémie de Covid-19 pour s’attaquer davantage aux entreprises de santé, le secteur le plus ciblé en 2020.

L’autre tendance du moment est la double extorsion. Plutôt que de se contenter de crypter les données et de demander une rançon pour rendre ces données à nouveau lisibles, les pirates les volent également. Quand bien même les victimes auraient la clé de décryptage, les pirates pourraient menacer de diffuser les informations recueillies sur le Darknet.

La France est touchée par le phénomène du ransomware, dont les attaques ont des conséquences économiques désastreuses. Ainsi, Altran a chiffré ses pertes à 20 millions d’euros, Sopra Steria à 50 millions d’euros et Saint-Gobain à 250 millions d’euros, selon une étude de l’institut Montaigne.