Voici comment l’incroyable « deepfake » de Tom Cruise qui affole TikTok a sans doute été réalisé

FUTUR Bluffantes de réalisme, ces vidéos mélangent une dose d'artificiel et, selon plusieurs indices, un acteur très talentueux

Philippe Berry

— 

Capture d'écran d'un deepfake bluffant de Tom Cruise sur la chaîne TikTok @deeptomcruise?
Capture d'écran d'un deepfake bluffant de Tom Cruise sur la chaîne TikTok @deeptomcruise? — tiktok.com/@deeptomcruise?

Depuis quelques jours, ces vidéos affolent TikTok. Est-ce vraiment Tom Cruise qui joue au golf ou fait un tour de magie, ou s’agit-il d’un deepfake bluffant de réalisme ? Est-on vraiment arrivé au point où l’on ne peut plus faire confiance à nos yeux ni à nos oreilles ? La vérité est ailleurs Mulder, ou plutôt entre la réalité et le virtuel. Car si le visage de synthèse doit beaucoup à l’intelligence artificielle, rien ne serait possible sans un acteur aussi ressemblant que talentueux. Qui est vraisemblablement, selon plusieurs indices, l’Américain Miles Fisher.

Quelques détails qui vendent la mèche

Au premier coup d’oeil, tout est là. Le rire manique, la gestuelle, la dentition parfaite, le sourire… On dirait Tom Cruise. Mais en y regardant de plus près, le doute s’installe : même si l’acteur de 58 ans semble avoir trouvé le secret de l’éternelle jouvence, c’est plutôt le Tom Cruise de Jerry Maguire que du dernier Mission Impossible. Et qui a soudainement gagné une quinzaine de centimètres.

Il faut avancer image par image pour voir quelques raccords ratés ou bugs visuels. Au moment où le golfeur retire ses lunettes de soleil, son visage est, le temps d’une fraction de seconde, différent, et sa main légèrement transparente. On voit également son nez derrière les lunettes.

Le moment où Fake_Tom_Cruise enfile son chapeau fait office de transition habile : tout le milieu de la vidéo (le swing de golf) est sans effets spéciaux, qui reviennent à la fin quand il retire ses lunettes.

Un imitateur très talentueux combiné à du « face swapping »

Bluffé, le développeur Victor Riparbelli, qui propose avec Synthesia une vaste plateforme de création de vidéos avec des avatars de synthèse, estime que « 90 % du réalisme vient d’un imitateur de Tom Cruise : cheveux, voix, vêtements etc ». Selon lui, « la cerise sur le gâteau » est un « face swap », une technique qui utilise l’intelligence artificielle pour cartographier deux visages et les inverser. Il existe des librairies open source, qu’utilise notamment le Youtuber Ctrl Shift Face pour transformer Bill Hader en Arnold Schwarzenegger.

Si ce deepfake de Tom Cruise est aussi bluffant, c’est parce que « tout est réel sauf les textures du visage », estime Victor Riparbelli. Elles sont appliquées par-dessus les expressions faciales de l’imitateur. En clair, il ne s’agit pas d’un avatar 3D créé de toutes pièces. Idem pour le langage : s’il est possible de le synthétiser de zéro, le résultat est encore loin de la perfection, comme on le voit dans ce deepfake d’Obama créé par le professeur du MIT Alexander Amini.

L’acteur Miles Fisher sans doute impliqué

Sur le profil Deeptomcruise, un lien renvoie vers la chaîne Youtube de l’acteur américain Miles Fisher. Qui a régulièrement prouvé par le passé qu’il n’avait pas besoin d’effets spéciaux pour devenir Tom Cruise.

Sur son profil Instagram, on peut voir qu’il a travaillé son swing il y a un an. Mais surtout, sur sa page Facebook personnelle, il avait déjà partagé un deepfake de Tom Cruise il y a deux semaines.

Contacté par 20 Minutes, il n’a pas souhaité confirmer ou démentir sa participation. Mais un acteur ressemlant ne fait pas tout. Selon Victor Riparbelli, il y a « clairement un.e visual effect artist de talent » derrière des productions qui ont sans doute dû prendre « des semaines », avec un gros travail sur la lumière et les reflets en post-production.

L’inquiétude face au deepfake

Si la technologie est ici utilisée pour divertir, le potentiel du deepfake inquiète de plus en plus les pouvoirs publics. A l’heure des Fake News, un rapport français alertait dès 2018 sur une technologie ayant le potentiel de « faire dire n’importe quoi à n’importe qui, rendant la désinformation indétectable ». Et la vidéo de Tom Cruise ? Deepware, une plateforme qui détecte les deepfakes, n’y a vu que du feu.