Twitter n'acceptera plus de publicités à caractère politique

RESEAUX SOCIAUX « Nous pensons que la portée d’un message politique doit se mériter pas s’acheter », dixit le patron de Twitter

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de Twitter. Certrains malades utilisent les réseaux sociaux pour partager leur histoire, s'entraider et pousser des coups de gueule.
Illustration de Twitter. Certrains malades utilisent les réseaux sociaux pour partager leur histoire, s'entraider et pousser des coups de gueule. — Pixabay

Le petit oiseau bleu n’acceptera plus aucune pub à caractère politique. Le cofondateur de Twitter, Jack Dorsey, vient d’en faire l’annonce. « Nous avons pris la décision de mettre fin à toute publicité politique sur Twitter dans le monde entier. Nous pensons que la portée d’un message politique doit se mériter pas s’acheter », a tweeté Jack Dorsey avant une longue série de micro-messages détaillant sa décision.

Il explique notamment qu’un message politique gagne en audience grâce à des abonnements à un compte ou des retweets. « Payer pour avoir de l’audience supprime ce choix et impose aux gens des messages politiques parfaitement optimisés et ciblés », estime Jack Dorsey, ajoutant : « Nous estimons que cette décision ne doit pas être polluée par l’argent ».

Un choix qui contraste avec celui de Facebook

Ce choix contraste fortement avec celui de Facebook. Mark Zuckerberg a récemment défendu les messages politiques sur son réseau, y compris s’ils comportaient des mensonges ou des contre-vérités, au nom de la liberté d’expression.

Jack Dorsey répond d’ailleurs directement à son alter ego qui dirige le premier réseau social du monde. « Pour nous ce n’est pas crédible de dire “Nous travaillons dur pour empêcher les gens de contourner les règles de nos systèmes pour diffuser des informations fausses mais si quelqu’un nous paye pour viser et forcer les gens à voir leur publicité politique… alors ils peuvent dire ce qu’ils veulent” ! », lance Jack Dorsey.

Twitter, comme Facebook ou Google, tire l’essentiel de ses revenus de la publicité, souvent ciblée de manière ultra-fine grâce aux vastes données collectées à chaque fois que les usagers se servent des réseaux.