Pourquoi la baisse des ventes de tables de ping-pong à la Silicon Valley est inquiétante

INDICE Le très sérieux Wall Street Journal a établi une corrélation entre la diminution des ventes de tables de ping-pong et l’état des start-up de la Silicon Valley…

H.S.

— 

Piti Phatthanaphuti et Cesar Bonilla jouent au ping pong à l'intérieur du
Piti Phatthanaphuti et Cesar Bonilla jouent au ping pong à l'intérieur du — SUSANA BATES / AFP

Et si la table de ping-pong n’était pas seulement un accessoire à la mode dans toute bonne start-up qui se respecte ? C’est ce que sous-entendle Wall Street Journal dans un article paru le 3 mai dernier. Le titre fait un lien, chiffres à l’appui, entre la baisse des ventes de tables de ping-pong dans la Silicon Valley, temple de l’entreprenariat à l’américaine, et l’état de santé économique des grandes firmes des nouvelles technologies.

Zusha Elinson, à l’origine de l’article, raconte s’être basé sur les ventes d’un magasin situé à proximité de sièges de nombreuses start-up, qui s’y approvisionnent : « Jusqu’à la fin 2014, Twitter commandait régulièrement des tables de ping-pong chez Billiard Wholesale, un magasin de San José. Et, d’un coup, il a arrêté de le faire ». Si d’autres indices ont récemment souligné les difficultés rencontrées par les start-up et les entreprises liées aux nouvelles technologies, le journaliste a décidé de se focaliser sur ce qui semble être un détail mais qui en dit pourtant beaucoup.

>> A lire aussi : Les licornes, une espèce en voie d'explosion

« Au premier trimestre 2016, les ventes de tables de ping-pong ont chuté de 50 % par rapport au trimestre précédent. Sur cette période, le financement des start-up américaines a baissé de 25 % au regard du Dow Jones ». Aux Etats-Unis, mais de plus en plus en France également, la table de ping-pong est devenue un objet incontournable au sein des start-up. « Si vous n’avez pas de table de ping-pong, vous n’êtes pas une entreprise tech », a confié Sunil Rajasekar, l’un des cadres de Lithium Technologies à San Fransisco.

Si l’auteur reconnaît qu’il ne s’agit pas de l’indicateur le plus fiable qui existe aujourd’hui, le fait de posséder ou non et de renouveler ou non son arsenal de table de ping-pong dit tout de même quelque chose de l’état financier de ces firmes.