Fusillade à San Bernardino: Apple doit aider les autorités à déchiffrer l'iPhone de l'auteur

TECHNOLOGIE Les autorités veulent pouvoir cracker le mot de passe avec une attaque en force...

P.B. avec AFP

— 

L'iPhone 6 dispose du système de sécurité Touch ID.
L'iPhone 6 dispose du système de sécurité Touch ID. — APPLE

Non, un juge n’a pas demandé à Apple de déchiffrer un iPhone, comme certains médias américains écrivent. Et pour une bonne raison : c’est impossible – Apple ne possède pas de copie de la clé, stockée en local sur chaque appareil. En revanche, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat de San Bernardino, la justice a exigé que l’entreprise américaine aide indirectement les autorités.

Dans le détail, le juge veut qu’Apple désactive une fonction qui efface toutes les données d’un iPhone après dix mauvais mots de passe rentrés. Cela permettrait aux autorités de cracker le mot de passe « en force » en essayant le plus de combinaisons possibles.

Le juge a donné cinq jours à Apple pour contester s’il estime que se conformer à la décision est déraisonnablement contraignant. Mardi soir, l’entreprise n’avait pas officiellement réagi.

Bras de fer après les révélations de Snowden

Les grands groupes technologiques proposent de plus en plus de produits et applications inviolables, dont seul l’utilisateur détient la clef, et ont rejeté jusqu’à présent les demandes d’accès aux données chiffrées dans le cadre d’enquêtes judiciaires.

Le chiffrement des données est devenu pour les entreprises un argument commercial après les révélations d’Edward Snowden sur l’ampleur de l’espionnage électronique de l’Agence de sécurité américaine (NSA).