Une pluie spatiale qui accouchera des comètes

ESPACE On en sait un peu plus sur le cycle de l’eau dans l’espace...

M.N

— 

Les mesures de Spitzer permettent de modéliser la naissance des comètes...
Les mesures de Spitzer permettent de modéliser la naissance des comètes... — DR

Il pleut dans l’espace. C’est le constat qu’a effectué Spitzer, le télescope spatial de la Nasa. L’eau dans les confins intersidéraux n’est pas une nouveauté : elle existe sous toutes les formes —glace, liquide ou gaz— et ce sur de nombreuses planètes ou exoplanètes. Mais pour la première fois, des molécules d’eau ont été décelées dans le vide spatial. Une pluie entre les astres.

Disque d’eau

La forme prise par cette pulvérisation est étonnante: les vapeurs, mélangées avec de la poussière, forment un disque dont le centre est occupé par une étoile gazeuse d’où toute cette matière a été expulsée. La quantité d’eau vaporisée est astronomique puisqu’elle représente cinq fois l’eau contenue dans tous les océans de la planète bleue.


Naissance de comètes

Les observations de Spitzer vont aider les astrophysiciens à mieux cerner le cycle de l’eau dans l’espace. Car la pluie galactique met en aussi évidence le processus de formation des comètes et des astéroïdes, considérés comme responsables du voyage d’H20 dans le vide spatial. Selon Dan Rochester, chercheur à l’université de Rochester (New York), «cette vapeur va geler et donner naissance à des astéroïdes et des comètes». Il est acquis que ces roches spatiales, qui sont le plus souvent des blocs de glaces, ont apporté de l’eau sur terre. Et donc la vie.