iPad Pro: Apple copie la concurrence et coupe le cordon avec Steve Jobs

TECHNOLOGIE Le fondateur de l'entreprise était opposé à ce concept de tablette avec stylet...

Philippe Berry

— 

L'iPad Pro sera commercialisé en novembre à partir de 799 dollars.
L'iPad Pro sera commercialisé en novembre à partir de 799 dollars. — B.LAM/AFP/GETTY AMERICA

« Un stylet ? Beurk. Personne ne veut d’un stylet. » En dévoilant l’iPhone, en 2007, Steve Jobs dit tout le bien qu’il pense d’un accessoire « qu’on perd toujours ». En 2010, il récidive avec l’iPad : « Si vous voyez un stylet, ils ont merdé. » Cinq ans plus tard, la firme à la pomme dégaine l’iPad Pro et… l’Apple Pencil.

https ://

Steve Jobs se retourne-t-il dans sa tombe ? Pas forcément. Personne ne sait si le cofondateur d’Apple était opposé aux stylets dans leur ensemble ou simplement comme unique moyen d’interaction, comme c’était le cas à l’époque. Car l’iPad Pro s’utilise toujours avec les doigts : l’Apple Pencil est vendu séparément à 99 dollars et vise avant tout certains professionnels comme les graphistes et les architectes. Mais dans un cas comme dans l’autre, Tim Cook trace sa propre voie, sans hésiter à s’inspirer de la concurrence.

Apple joue les suiveurs

Une tablette avec un écran géant, un stylus et un clavier, cela fait trois ans que Samsung en propose avec la Galaxy Note Pro. Microsoft, lui, a déjà sa Surface Pro 3 et devrait dévoiler la quatrième édition en octobre. Si Apple dégaine enfin l’iPad Pro, c’est pour « tenter s’imposer sur le marché de l’entreprise », estime l’analyste de Gartner Brian Blau.

Avec une certaine ironie, Apple a démontré la productivité de l’iPad Pro en invitant un cadre de… Microsoft pour présenter Office. Le problème, c’est que la tablette, même avec un grand écran et un clavier, reste limitée par iOS, malgré un nombre grandissant d’apps spécialisées, notamment via son partenariat avec IBM. « Apple ne va pas remplacer Windows de ci-tôt en entreprises mais pour les responsables informatiques, l’iPad Pro constitue une nouvelle option et peut être utilisée en complément mobile de Windows », souligne Neil Mawston, directeur chez Strategy Analytics.

Relancer les ventes de tablettes

Après un départ en trombe, les ventes d’iPad s’affichent à la baisse sur les huit derniers trimestres. En ciblant un nouveau secteur, Apple espère créer un électrochoc. Reste que l’iPad Pro n’est pas donné, à partir de 799 dollars pour le modèle 32 Go. La version 128 Go coûte 949 dollars, auxquels il faut ajouter 99 dollars pour le stylet et 169 dollars pour le clavier, soit un total de 1217 dollars. C’est presque autant qu’un Macbook et 200 dollars de plus que la configuration équivalente de Surface Pro 3.