Le défi de Facebook après dix ans? «Etre à la fois cool et utile»

WEB Alors que Facebook vient de souffler ses dix bougies, le directeur général de la plateforme en France, Laurent Solly, a fait part ce mercredi des stratégies que compte adopter l’entreprise pour durer…

Anaëlle Grondin
— 
Un smartphone devant une page d'accueil de Facebook
Un smartphone devant une page d'accueil de Facebook — Karen Bleier AFP

«Facebook est-il has been?», «Facebook perd son emprise sur les adolescents», «Les jeunes désertent de plus en plus Facebook», «Pourquoi les jeunes boudent Facebook»… Depuis un an, diverses études affirment régulièrement que les adolescents se détachent du réseau social de Mark Zuckerberg. Certaines d’entre elles, comme celle rendue publique récemment par l’université de Princeton, prédisent même sa mort, au moment où la plateforme fête ses dix ans d’existence.

Facebook, qui refuse quasi-systématiquement de réagir à ces chiffres et analyses, a fini par reconnaître en novembre dernier qu’il attirait moins les jeunes. Mais la plateforme ne manque pas une occasion d’affirmer qu’elle se porte très bien, merci. «On constate toujours une activité très forte de cette classe d’âge sur Facebook», a nuancé ce mercredi, au cours d’un déjeuner avec l’Association des journalistes médias (AJM), Laurent Solly, directeur général de Facebook France depuis juin dernier. Il ajoute que, globalement, la plateforme compte toujours plus de monde («sur 2013, Facebook a gagné 172 millions d’utilisateurs actifs») et qu’elle est plus utilisée qu’auparavant grâce au mobile.

11 millions de Français chaque jour sur l’application mobile

Le directeur général de Facebook France affirme que le réseau social mise sur l’innovation pour faire venir et garder le public sur sa plateforme, et surtout les ados, qui ont adopté l’an dernier d’autres réseaux sociaux plus funs (et que les parents n’ont pas encore envahi) comme Snapchat. «Etre à la fois cool et utile, c’est le défi de Facebook après dix ans», a lancé Laurent Solly. 

Ces dernières années, «le sujet numéro un pour Facebook, c’est le mobile», a-t-il reconfirmé. Il indique qu’en France, 20% du temps passé sur le smartphone est passé sur Facebook et que chaque jour, 11 millions de Français se connectent au réseau social via leur smartphone. Pour aller encore plus loin, Facebook veut «imaginer les nouvelles façons que l’on va avoir de communiquer».

Multiplier «les supports permettant de publier» 

 «On veut apporter de nouveaux produits pour se connecter, échanger, liker, en priorité sur le mobile» en «multipliant les supports permettant de publier», a indiqué Laurent Solly. D’où l’arrivée prochaine  - la date de sortie officielle dans l’Hexagone reste un mystère - de Paper, l’application d’infos que Facebook vient de lancer aux Etats-Unis. Elle s’ajoutera à Messenger, autre application indépendante permettant le dialogue en direct sur mobile, et à Facebook Poke, un service similaire à Snapchat.

En septembre dernier, Facebook comptait plus 26 millions d’utilisateurs actifs par mois en France et plus de 18 millions d’utilisateurs français actifs chaque jour. En décembre dernier, le réseau social recensait au  total 1,23 milliard de comptes.