Le maître des échecs, Garry Kasparov, tacle le sport électronique

J.M.

— 

Une carte de « League of Legends».
Une carte de « League of Legends». — DR

Garry Kasparov tacle le sport électronique (ou e-sport). Champion du monde d’échecs de 1985 à 2000, le Russe âgé de 50 ans était en fin d’année à Séoul, en Corée du Sud. Il a pu constater dans ce pays la popularité du sport électronique, avec les compétitions de «League of Legends», de « Starcraft 2» ou encore de « Warcraft». Mais l’essor des compétitions de ces jeux de stratégie ne l’a pas convaincu. Au contraire. Dans une longue série de tweets, le 26 décembre dernier, il s’en est pris à ces jeux vidéo, assurant que le jeu d’échecs leur survivrait d’ici à un siècle.

«Les échecs et le go sont beaucoup moins populaires ici que l’e-sport, les compétitions de jeux vidéo multijoueurs que les Coréens adorent et dominent. Pour l’instant !, assure-t-il.

 «Difficile pour les échecs ici de surpasser League of Legends, le jeu le plus populaire ici, mais je ne pense pas qu’ils y joueront dans 100 ans. Les échecs, oui !»

 Accusé de ne rien ne connaître à ces disciplines, l’ex-champion du monde et opposant à Vladimir Poutine s’est défendu: «En fait, j’en connais pas mal sur les jeux vidéo grâce à mon fils, qui est notamment un expert de Warcraft».

 L’an dernier, la troisième saison des championnats mondiaux de «League of Legends» avait été l’événement e-sport le plus regardé dans l’histoire, avec 32 millions de spectateurs en ligne selon son développeur Riot Games.