Comment protéger votre smartphone d'attaques

HIGH TECH Les logiciels malveillants prolifèrent, selon une étude du cabinet Juniper, basé dans la Silicon Valley. Voici quelques pistes pour les éviter...

Anaëlle Grondin

— 

Une femme utilise son smartphone au restaurant.
Une femme utilise son smartphone au restaurant. — OJO Images / Rex Features

La dernière étude de Juniper donne le tournis. Le cabinet américain indique que le nombre de logiciels malveillants introduits dans les mobiles a bondi de 614% en un an. Un chiffre inquiétant, mais qu’il faut relativiser, selon Eric Filiol, spécialiste en sécurité informatique et directeur du centre de recherche de l’ESIEA: «Ce chiffre brut est anxiogène, il faut savoir d’où l’on part.» Sans «tomber dans l’hystérie», il reconnaît toutefois que les attaques ont bel et bien augmenté, tout simplement car «il se vend aujourd’hui plus de smartphones». C’est donc naturellement que les cybercriminels se sont tournés vers le mobile, délaissant les ordinateurs.

Le premier type d’attaques? Des messages commerciaux proposant un faux service, moyennant 10 ou 50 centimes, souligne l’étude de Juniper. «Mais c’est un volet parmi d’autres», insiste Eric Filiol. Il note de son côté une explosion d’«attaques directes». Exemple: un mari jaloux qui installe un logiciel sur le mobile de sa femme à son insu pour surveiller ses moindres faits et gestes. «Un accès d’environ une minute à un téléphone, avec ou sans mot de passe, éteint ou allumé, permet de le modifier», assure Eric Filiol.  «En fait, 95% des attaques sont les conséquences de mauvaises pratiques, selon lui. On clique sur un lien douteux reçu par SMS, on télécharge des applications inconnues sans savoir ce qu’elles font, on laisse traîner son mobile sur la table quand on s’absente…»

«Le mobile encore plus sensible que le trousseau de clés»

Il rappelle qu’il ne faut «pas laisser son téléphone sans surveillance» ni cliquer «sur des liens envoyés par des inconnus». Il conseille par ailleurs de bien lire les avis de mobinautes «avant de télécharger quoi que ce soit».

Le chercheur en sécurité informatique Eric Filiol met en garde: «Le smartphone n’est pas un simple téléphone. C’est un ordinateur, devenu le point d’entrée unique de nos vies: on y a tout, nos courriels, contacts Facebook, messages…» Pour cet expert, «quelqu’un qui prend le contrôle de votre smartphone prend le contrôle de tout. Le mobile est encore plus sensible que le trousseau de clés».  

Les smartphones fonctionnant sous Android, qui dominent le secteur, sont plus vulnérables que les iPhones, en raison de leur système plus ouvert. Mais les téléphones d’Apple ne sont pas à l’abri. Sachez que le «jailbreak» (débridage d’iOS)  est une porte d’entrée aux logiciels malveillants.