L'écran de démarrage de Windows 8 et le bureau classique mis côte à côte.
L'écran de démarrage de Windows 8 et le bureau classique mis côte à côte. — PHOTOMONTAGE 20MINUTES

HIGH-TECH

Windows 8, Windows RT, PC, tablette... Microsoft entretient le grand flou

Microsoft sort trois systèmes d'exploitation en trois jours, avec le risque de perdre le consommateur...

Quelle est la différence entre Windows 8 et Windows RT? Peut-on installer Diablo III sur une tablette? Les apps sont-elles compatibles avec Windows Phone 8? Pourquoi y a-t-il deux versions d'Internet Explorer? En sortant trois systèmes d'exploitation à trois jours d'intervalle –entre le 26 et le 29 octobre– Microsoft prend un risque: que le consommateur achète un produit ne correspondant pas à ses besoins. Voici un guide pour essayer de s'y retrouver.

Windows 8

Ou la version «complète». C'est un système hybride qui fait cohabiter deux environnements. Pour 50%, c'est une évolution de Windows 7, avec le bureau classique (privé du bouton démarrer) qui permet de faire tourner les programmes PC traditionnels. L'autre moitié est totalement nouvelle, optimisée pour le tactile, avec un écran de démarrage misant sur des vignettes dynamiques et des applications pensées pour le plein écran.

Microsoft avait d'abord baptisé cet environnement «Metro» mais parle désormais, en champion de la terminologie, «d'interface utilisateur moderne» ou «de nouvelle interface Windows 8». Dans la pratique, on passe du «vieux» Windows au moderne avec une certaine schizophrénie. Outre le choc graphique, certains programmes sont disponibles en double (Internet Explorer, gestionnaire d'images, notamment).

Le plus agaçant, c'est que Microsoft privilégie par défaut l'environnement «Metro», imposé au démarrage. On peut encore se trouver sur le bureau classique, dans l'explorateur de fichiers, cliquer sur une photo et hurler alors qu'elle s'ouvre dans l'app plein écran, plus lente et moins ergonomique que la vieille visionneuse d'images. Tout peut se changer en bidouillant dans les associations de fichiers mais préparez-vous à recevoir des coups de fil de vos parents retraités. Même le cofondateur de Microsoft, Paul Allen, s'en agace dans son test, écrivant: «J'aimerais que Windows 8 me laisse dans le mode dans lequel je me trouve».

Windows RT

Windows RT ne reprend que 50% de Windows 8. Il ne conserve (presque) que les apps et une version optimisée de la suite Office. En revanche, il n'est pas compatible avec les programmes PC. On le répète: si vous comptez installer Photoshop, Diablo III ou votre logiciel de comptes bancaires, c'est impossible. La raison: Windows RT est un système destiné à un autre type de processeur, ARM, plus économe, mais qui ne parle pas exactement le même langage que les processeurs classiques (x86/64) d'Intel et AMD.

Microsoft aurait pu laisser les éditeurs de logiciels recompiler leurs programmes pour les rendre compatibles. Au lieu de cela –et sans doute pour faire décoller sa plateforme– l'entreprise impose à tout le monde les nouvelles apps et sa boutique Windows Store, sur le modèle d'iOS et d'Android. Cela fait hurler les éditeurs de jeux PC comme Valve et Blizzard, ainsi que le monde du business. La crainte: que Microsoft pousse pour un écosystème cadenassé, en commençant par Windows RT, puis en l'imposant partout sur les futures versions de Windows.

PC, tablettes, hybrides

La simplification, c'est de penser que Windows 8 équipe les PC et Windows RT les tablettes. C'est plus compliqué que cela. La tablette Surface sort, par exemple, en deux versions. Il y a celle sous Windows RT, disponible le 26 octobre à partir de 489 euros. Elle est fine et vient concurrencer les tablettes actuelles, avec son processeur ARM faible consommation. Et puis il y aura celle sous Windows 8 Pro début 2013, équipée d'un processeur Intel. Elle sera plus épaisse, plus puissante et plus chère. Les autres fabricants, eux, proposent toute une gamme de machines, du PC à la tablette en passant par des hybrides «transformables». Au lancement, la majorité des constructeurs ont misé sur Windows 8 mais on compte une demi-douzaine de modèles sous Windows RT, notamment chez Lenovo, Asus, HP, Dell et Acer (voir le méga récapitulatif de PCinpact). D'autres devraient débarquer en 2013, en fonction de l'engouement des développeurs pour Windows RT.

Le plus grand paradoxe? On se retrouve avec des tablettes Intel compatibles avec les programmes PC. Et quelques hybrides PC sous ARM (comme le Yoga 11 de Lenovo) qui ne supportent que des apps. Les lignes se brouillent.

Quel est l'intérêt de Windows RT?

Les processeurs ARM, de faible consommation, permettent en général de proposer des machines moins encombrantes, avec une meilleure autonomie et moins chères. Exclure les programmes PC et forcer les développeurs à passer par la Windows Store permet de lutter contre les virus et de mieux sécuriser le système.

Tactile vs clavier souris

Windows 8 et Windows RT sont tous les deux compatibles avec le touch et le duo clavier-souris. Dans la pratique, l'interface Metro est plus naturelle avec les doigts, directement sur l'écran, sur tablette ou PC portable tactile, ou avec des gestes effectués sur les trackpad/touchpad récents. Pour la productivité, en revanche, le clavier et la souris restent plus adaptés au desktop traditionnel de Windows 8.

Les apps

Pour l'instant, c'est un peu le désert. On en compte environ 5.000. Les apps officielles Facebook et Twitter sont aux abonnés absents –il existe malgré tout des alternatives. Certaines apps sont bien pensées, comme Skype. D'autres, comme Mail ou Photos, manquent cruellement de fonctionnalités. Si la plateforme décolle, la situation s'améliorera. Mais pour qu'elle décolle, il faut plus d'apps, surtout sur Windows RT. Sortir de ce cercle vicieux sera le plus grand challenge de Microsoft.

Et Windows Phone 8?

Il a été conçu uniquement pour les smartphones. Malgré tout, il ressemble beaucoup à Windows RT. Microsoft a expliqué que les systèmes partageaient une architecture commune, mais les apps smartphones ne sont pas directement compatibles avec Windows RT. Les développeurs devront donc mettre au point plusieurs versions et décider s'ils refont payer l'utilisateur.

Le conseil

Bien se renseigner avant d'acheter. Ceux qui veulent pouvoir installer leurs programmes PC doivent s'assurer qu'ils optent pour une machine sous Windows 8. Attention, pour ajouter un peu plus à la confusion, le «vieux» bureau existe encore dans Windows RT. En boutique, certains pourraient donc le confondre avec Windows 8. La Fnac, Darty et les autres vont avoir un sacré boulot de formation.