• Après une entame idéale, marquée par un penalty de Nabil Fekir (6e), l’OL a dangereusement reculé sur la pelouse d’Everton.
  • Finalement vainqueurs (1-2), les Lyonnais prennent seuls la deuxième place de leur groupe de Ligue Europa, au terme d’une rencontre où Memphis Depay, Houssem Aouar et Myziane Maolida se sont tour à tour mis en avant.

Vainqueur de Monaco six jours plus tôt (3-2), cet OL va donc bien mieux. Parfois passionnant, très souvent électrique à l’image d’une longue échauffourée impliquant surtout Ashley Williams… et des spectateurs de Goodison Park (63e), le succès (1-2) arraché ce jeudi contre Everton pourrait compter dans la saison des Lyonnais. Et ce notamment car ils sont désormais seuls deuxièmes de leur groupe de Ligue Europa, à deux points de l’Atalanta Bergame mais trois points devant Limassol et quatre devant les Toffees.

Memphis Depay était plutôt en jambes

Son mea culpa lors de la conférence de presse d’avant-match lui a peut-être fait du bien. Décevant depuis le début de saison, Memphis Depay a montré une certaine simplicité dans le jeu, loin de ses récents excès d’individualisme. Sa combinaison en une touche avec Fernando Marçal a débouché sur un penalty et sur l’ouverture du score de Nabil Fekir (0-1, 6e). L’un de ses coups francs déviés a trouvé la transversale (37e) avant qu’il ne manque le break sur une contre-attaque (42e). Moins performant par la suite, il a rappelé qu’il était encore loin de son rêve d’évoluer un jour au Real Madrid.

Les jeunes se sont montrés

Pour beaucoup de supporters lyonnais, Bruno Genesio tarde à lancer de prometteurs jeunes. Celui-ci a osé opter ce jeudi pour un choix très offensif dans son 4-2-3-1 en alignant à la fois Houssem Aouar (19 ans) aux côtés de Lucas Tousart, mais aussi Myziane Maolida (18 ans) en pointe à la place de Mariano Diaz blessé.

>> A lire aussi : Everton-Lyon: Sens du but, grinta, absence de plan B... Pourquoi Mariano Diaz va tant manquer à l'OL

Avec sa technique soyeuse, Aouar a eu un rôle majeur dans l’entrejeu tout au long de la partie. Il a même offert une opportunité en or à celui qui était encore son partenaire en U19 la saison passée (52e). S’il a sur ce coup manqué de réalisme, Maolida a prouvé par son activité qu’il pouvait lui aussi avoir sa chance à ce niveau.

L’OL n’a pas (totalement) craqué

Après avoir cédé à de nombreuses reprises en L1 malgré une entame idéale, l’OL a failli remettre ça. Auteur de plusieurs parades, Anthony Lopes a ainsi été abandonné par sa défense sur un coup de tête rageur d’Ashley Williams (1-1, 69e), juste avant un poteau de Sigurdsson sur un nouveau coup de pied arrêté (72e). Mais Bertrand Traoré a libéré l’OL après un raid de Maxwel Cornet (1-2, 76e).