Macron redresse sa cote de popularité en septembre

SONDAGE Selon un sondage, 45 % des Français se disent « satisfaits » de l’action du chef de l’Etat…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron en visite à Marseille.

Emmanuel Macron en visite à Marseille. — J.-P. Pelissier / AFP

La rentrée a profité à Emmanuel Macron. La cote de popularité du chef de l’Etat repart à la hausse en septembre, avec 45 % de personnes satisfaites, soit une remontée de 5 points qui intervient après la forte baisse (24 points cumulés) au cours des deux mois précédents, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche.

Le Premier ministre Edouard Philippe enregistre également une hausse, mais moindre (+1), durant la même période, passant de 47 % à 48 % de satisfaits, après avoir chuté de 9 points en août.

Regain sensible chez les retraités, les ouvriers, les électeurs de droite et du centre

En septembre, 39 % des sondés se disent « plutôt satisfaits » (+3) et 6 % sont « très satisfaits » (+2) du président de la République. Simultanément, le total des mécontents passe de 57 % à 53 %, se répartissant entre « plutôt mécontents » (33 %, -4) et « très mécontents » (20 %, inchangé). 2 % (-1) des sondés ne se prononcent pas. Son regain de popularité est nettement perceptible chez les retraités, les ouvriers ainsi que chez les électeurs de droite et ceux du centre.

>> A lire aussi : Réforme du Code du travail: La France insoumise mobilise la rue contre un «coup d'Etat social»

S’agissant du chef du gouvernement, 44 % des sondés se montrent « plutôt satisfaits » (-1) et 4 % se disent « très satisfaits » (+2). Chez les mécontents, 32 % se disent « plutôt mécontents » (=) et 14 % « très mécontents » (+1). Le taux des personnes interrogées ne se prononçant pas passe de 8 % à 6 %.

Le chef de l’Etat demeure minoritaire mais son redressement tranche avec l’évolution de la popularité de ses prédécesseurs, note Frédéric Dabi (Ifop). « Là où Nicolas Sarkozy et François Hollande étaient en baisse en 2007 et en 2012 » au mois de septembre, « lui réussit à inverser la tendance », relève-t-il en rappelant que « la rentrée est généralement une période difficile pour l’exécutif ».

Enquête réalisée en ligne et par téléphone par l'Ifop du 15 au 23 septembre auprès d'un échantillon de 1.989 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.