VIDEO. Le nouveau président du FN accusé de négationnisme sur les réseaux sociaux

FN Le nouveau président par intérim du FN aurait tenu en 2000 des propos négationnistes qui refont surface aujourd’hui…

A.B.

— 

L'eurodéputé FN Jean-François Jalkh

L'eurodéputé FN Jean-François Jalkh — JACQUES DEMARTHON / AFP

  • Un tweet d’un journaliste politique de La Croix mentionne un extrait d’un ouvrage dans lequel le nouveau président par intérim du FN accréditerait des thèses négationnistes
  • Très proche de Jean-Marie Le Pen, Jean-François Jalkh traîne quelques casseroles judiciaires pour provocation à la discrimination et à la haine raciale
  • Il a été mis en examen pour des soupçons d’escroquerie et de surfacturation dans le cadre de ses fonctions de secrétaire général du micro-parti de Marine Le Pen

Il est en pleine lumière. Depuis que la candidate frontiste Marine Le Pen s’est mise en retrait de la direction de son parti, c’est l’eurodéputé Jean-François Jalkh qui a temporairement repris les rênes du FN. Qui est-ce ?  Pas encore majeur lorsqu’il rejoint le FN en 1974, ce très proche de Jean-Marie Le Pen incarne l'aile droite du parti.

Des déclarations négationnistes sur le Zyklon B

Mardi, des extraits d’une interview donnée en 2005 par Jean-François Jalkh à la revue Le Temps des savoirs ont refait surface sur les réseaux sociaux. Dans un passage, alors qu’il est interrogé sur des thèses négationnistes ou révisionnistes, le nouveau chef du FN explique se « poser un certain nombre de questions », notamment au sujet de l’utilisation du Zyklon B, un pesticide à base d’acide utilisé par les nazis dans des chambres à gaz durant la Seconde Guerre mondiale.

Un épisode macabre qualifié de «  détail de l’Histoire » par son ami Jean-Marie Le Pen. « Sur l’utilisation d’un gaz, par exemple, qu’on appelle le Zykon B., moi, je considère que d’un point de vue technique il est impossible, je dis bien impossible de l’utiliser dans des […] exterminations de masse. Pourquoi ? Parce qu’il faut plusieurs jours avant de décontaminer un local qui a été… où l’on a utilisé du Zyklon B »,peut-on lire dans Le Temps du savoir.

Peu après avoir posté ce tweet, le journaliste qui avait exhumé l'extrait a ajouté sur le même réseau social un tweet dans lequel il indique avoir reçu un appel de l’intéressé niant avoir tenu ces propos.

Alors ? Info ou intox ? Dans ledit numéro de la revue universitaire, publié début 2005, figure un long article de la politologue Magali Boumaza sur la formation politique d’extrême droite : « Une création illégitime ? Le Front national de la Jeunesse ». C’est précisément dans ce cadre qu’ont été retranscrits les propos de Jean-François Jalkh, interrogé cinq plus tôt sur les écrits de Robert Faurisson, incarnation de l’idéologie négationniste.

« Moi il se fait que j’ai été amené à lire, par exemple, des ouvrages de gens qui sont des négationnistes ou des révisionnistes. Bon, ben moi, honnêtement, moi, je ne suis pas négationniste, mais je dis moi, quelque chose qui m’a énormément surpris, dans les travaux d’un négationniste ou d’un révisionniste sérieux, ce qui justement m’a surpris c’est le sérieux et la rigueur, je dirais, de l’argumentation ». Pour rappel, Jean-François Jalkh a quelques précédents sur ce terrain « sulfureux », lui qui s’affichait aux côtés de Jean-Marie Le Pen en 1991 à la cérémonie de commémoration de la mort du Maréchal Pétain.

La politologue a par ailleurs confirmé ses écrits à Libération : «J'ai rencontré monsieur Jalkh en avril 2000 au siège du Front national. Les propos en question représentent trois minutes d'un entretien qui a duré trois heures.»

Des casseroles judiciaires

Par ailleurs, le discret et non moins sulfureux cadre du FN traîne quelques casseroles judiciaires. En 2015, alors secrétaire général de « Jeanne », le micro-parti de Marine Le Pen, il a été mis en examen dans l’enquête sur le financement de campagne du FN, portant sur l’existence d’un système d’enrichissement frauduleux.

Mais ce n’est pas tout. En novembre 2016, le Parlement européen a levé l’immunité parlementaire de Jean-François Jalkh, qui a fait l’objet en 2014 d’une une plainte déposée par La Maison des Potes, un réseau d’associations qui lutte contre les discriminations. Pourquoi ? A cause du « Petit guide pratique de l’élu municipal », édité par le FN alors que Jalkh était alors directeur des publications du FN et en charge du contrôle éditorial de tous les sites internet de la fédération. Dans ce « guide », figuraient des mesures de préférence nationale concernant l’accès aux logements sociaux.