La véhicule autonome Arma de Navya, ce mercredi à Paris.
La véhicule autonome Arma de Navya, ce mercredi à Paris. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

La France en pointe sur les véhicules électriques… mais aussi les véhicules autonomes. La start-up lyonnaise Navya présentait ce matin en avant-première à Paris son véhicule autonome (sans chauffeur) nommé Arma.

«Tous les constructeurs automobiles classiques se sont réveillés après que Google ait dévoilé sa Google Car. Ils promettent leurs premiers modèles à l’horizon 2020. Nous, nous livrons les nôtres dans quelques jours», tacle Christophe Sapet, président de Navya.

Plus prudents que les conducteurs

La société accompagnée par Robolution Capital, le fond d’investissement de Bruno Bonnel, a donc conçu un véhicule 100% autonome, sans conducteur et électrique. Et celui-ci n’est pas un prototype. D’une capacité de 15 personnes, Navya peut rouler jusqu’à 45 km/h avec une autonomie de base de 6 à 8 heures. Bardé des technologies les plus avancées pour visualiser son environnement, déclencher les analyses de scènes et mesurer les distances parcourues, Navya serait capable «d’assurer un niveau de perception supérieur à 99,99%», selon Christophe Sapet.

 

Pour cet ancien co-fondateur d’Infograme Atari, «nos véhicules sont sans doute beaucoup plus prudents que les conducteurs et notre technologie en avance d’un an sur celle de nos concurrents».

30 à 40% d’économies

Problème: législation internationale oblige, Navya ne pourra pas encore prendre la route avant des années dans le flot de la circulation de nos villes. Son utilisation, sur des circuits prédéfinis, ne peut encore que s’effectuer que dans l’enceinte de sites fermés: aéroports, sites industriels, parcs d’attraction, hôpitaux, campus… Mais cela tombe bien, Navya estime les besoins européens en la matière à plus de 10.000 véhicules d’ici à 2025.

Avec un prix de base de 160 000 euros, Arma n’est pas donné, mais son constructeur estime de 30 à 40% les économies réalisables sur les frais d’exploitation généralement liés à ce type de véhicule. De quoi retenir l’attention de nombreux clients potentiels. Une dizaine de commandes seraient déjà enregistrées chez Navya pour 2015. Et les perspectives de ventes pour 2016 pourraient dépasser 80 véhicules.

Mots-clés :