VIDEO. Calme, cool, zen... Le golfeur Sergio Garcia grille un fusible et détruit les «green» de l'Open d'Arabie Saoudite

YOGA Le golfeur espagnol a été exclu du tournoi après son coup de sang 

A.L.G. avec AFP

— 

Sergio Garcia, alis «El Niño», est devenu «El Loco».
Sergio Garcia, alis «El Niño», est devenu «El Loco». — Vivek PRAKASH / AFP

Un moment d’égarement inédit. Sergio Garcia, l’un des meilleurs golfeurs au monde, a été exclu ce week-end de l’Open d’Arabie saoudite avant le dernier tour, une décision rarissime mais assez logique : l’Espagnol, frustré, s’est défoulé en labourant plusieurs green, un crime de lèse-majesté.

Samedi matin, après avoir pourtant passé le cut à cet Open d’ Arabie saoudite, Sergio Garcia débute mal sa journée. Les putt ne tombent pas sur le Royal Greens Golf Club, son swing lui joue des tours, la frustration augmente graduellement.

Le vainqueur du Masters 2017 va alors monter en pression et se venger de façon totalement improbable en s’en prenant aux green des six premiers trous. Difficile de savoir exactement comment il s’y est pris, les caméras n’ont visiblement pas été très alertes sur les gestes de l’Espagnol. Mais toujours est-il que plusieurs de ces tapis verts ont été scarifiés. La photo du green du trou numéro 6 tweetée le lendemain par un journaliste illustre les stigmates de ce coup de nerf, une cicatrice a priori due à un coup de putter.

« Ça aurait pu être un chameau »

Ce sont les joueurs qui suivaient la partie de Garcia qui ont alerté les arbitres. Ces joueurs « ne savaient pas ce qui se passait », a raconté le directeur du tournoi David Williams à un journal écossais. « Ils voulaient savoir ce qui s’était passé sur les green. Pour être honnête, ils étaient plutôt choqués ».

David Willams raconte être alors parti à la rencontre de Sergio Garcia sur le parcours : « Il était visiblement frustré et c’est assez inhabituel que ce genre de choses arrive. Certaines des marques étaient similaires à ce qu’on peut observer en Afrique du Sud lorsqu’une gazelle traverse un green. Là ça aurait pu être un chameau ». Une vidéo circulant sur Twitter de l’Espagnol labourant de rage un bunker témoigne de son état de nerfs.