Ligue 1: Face à un gardien en feu, Strasbourg n'a pas su l'emporter contre Saint-Etienne (0-1)

FOOTBALL S'ils ont eu chaud d'entrée, les Strasbourgeois n'ont ensuite pas vraiment tremblé contre Saint-Etienne. Jusqu'à ce but encaissé contre le cours du jeu (0-1), à moins de dix minutes du terme. Rageant...

Bruno Poussard

— 

Le Strasbourgeois Dimitri Liénard et le Stéphanois Mathieu Debuchy à la lutte contre du match entre le Racing et l'ASSE à la Meinau, le 14 avril.
Le Strasbourgeois Dimitri Liénard et le Stéphanois Mathieu Debuchy à la lutte contre du match entre le Racing et l'ASSE à la Meinau, le 14 avril. — F. Florin / AFP.
  • Contre Saint-Etienne, l’équipe en forme du moment, Strasbourg a été bien plus dangereux, mais le promu n’a jamais su marquer.
  • Contre le cours du jeu, grâce à un Stéphane Ruffier énorme, les Stéphanois l’ont donc emporté au plus grand dam des Alsaciens (0-1).

Les Strasbourgeois ont eu chaud d’entrée. Après une sortie hasardeuse d’Alexandre Oukidja, le centre rasant de Romain Hamouma à quelques centimètres du but du portier alsacien aurait pu coûter cher au Racing. Après cette frayeur de la première minute pourtant, les joueurs du RCSA n’ont pas eu à rougir face à l’équipe en forme du moment, Saint-Etienne.

En se mettant dedans petit à petit, les Alsaciens ont fait mieux que redresser la barre. En attestent les trois corners consécutifs et la belle retournée de Pablo Martinez à la 27e. Puis le tir à bout portant de Stéphane Bahoken, quatre minutes après. Ou encore la monstrueuse frappe à 25 mètres de Dimitri Liénard filant vers la lucarne de Stéphane Ruffier (78e).

Thierry Laurey « déçu par le résultat, pas par le match »

Mais, sur chacune de ces tentatives, le gardien stéphanois Stéphane Ruffier a été bien plus qu’impressionnant. Frustrant les Strasbourgeois à chaque flamboyante sortie, il ne les a pas, en revanche, dégoûtés. Ça, Mathieu Debuchy s’en est chargé, en reprenant un centre de Kévin Monnet-Paquet initialement destiné à Romain Hamouma, fauché dans la surface (82e).

En marquant sur son unique frappe cadrée du match, l’ASSE a réalisé le coup parfait (0-1). Strasbourg, le mauvais, en ne réussissant pas à convertir une seule de ses 16 frappes, donc six cadrées, tout de même. « On peut être déçus par le résultat, mais pas par le match », concluait l’entraîneur Thierry Laurey devant la presse, plus de 30 minutes après le match.

« Je ne peux pas reprocher quoi que ce soit aux garçons. À part marquer un but, je ne pense pas qu’on pouvait faire plus. […] Ce soir, on avait fait ce qu’il fallait. Mais il faut les mettre au fond. On a eu plusieurs occasions, eux une. Ils ont fait ce qu’il fallait, pas nous. »

 

Et le technicien de conclure : « C’est dommage, c’était un des meilleurs matchs à la maison. […] Les matchs qu’on doit gagner parce qu’on joue bien, on ne les gagne pas, ça me déçoit pour les garçons, car je trouve qu’on progresse dans le jeu. » Mais ça, à cinq journées du terme du championnat, ça ne compte peut-être pas autant qu’un point…