Diaporama Mohamed Ali, «The Greatest»

Fermer le diaporama

Mohamed Ali, «The Greatest»

  • AFP

    Mohamed Ali s'est éteint vendredi 3 juin, des suites de complications respiratoires. Il avait 74 ans. Au cours de sa carrière marquée par trois ceintures de champion du monde des lourds, celui qui est considéré comme le plus grand boxeur de tous les temps a marqué l'histoire du sport.

  • AP/SIPA

    Septembre 1960, médaille d'or aux JO de Rome. Ici en demi-finale face à l'Australien Tony Madigan, le jeune Cassius Clay, 18 ans, remporte ensuite la médaille d'or, dans la catégorie des poids mi-lourds. Il termine sa carrière amateur avec 100 victoires pour cinq défaites.

  • AP/SIPA

    Février 1964, le premier titre mondial. Cassius Clay défie le champion du monde des lourds, Sonny Liston. Archi-favori, Liston se fait surprendre par la vitesse et le jeu de jambes de son jeune adversaire. Un temps aveuglé par la pommade appliquée sur l'épaule de Liston, Clay finit par s'imposer au 7e round, sur abandon. A 22 ans, il devient le plus jeune boxeur à détrôner un champion du monde dans cette catégorie. Sa devise: «Vole comme le papillon, pique comme l'abeille.»

  • AP/SIPA

    Mars 1964, la conversion à l'islam et le changement de nom. Cassius Clay, ici aux côtés de Malcom X, se convertit à l'islam sous l'influence de l'organisation Nation of Islam et devient Mohammed Ali (ou Muhammad Ali, en V.O.).

  • John Rooney/AP/SIPA

    Mai 1965, la revanche face à Liston. C'est l'une des photos les plus célèbres de l'histoire du sport. Mais le combat, gagné par Ali par K.O. reste controversé, certains accusant Liston de s'être «couché».

  • Anonymous/AP/SIPA

    Février 1967, la reconquête du titre face à Ernie Terrell. Déchu de son titre pour son refus d'effectuer son service militaire, Mohamed Ali le regagne en dominant Ernie Terrell, sur décision des arbitres.

  • AP/SIPA

    Mars 1967, Ali objecteur de conscience. Avec son QI de 78, Ali n'est d'abord pas éligible pour servir dans l'armée. Mais avec la guerre du Vietnam, l'armée américaine abaisse la limite de recrutement. Ali, ici accompagné par Martin Luther King, se déclare objecteur de conscience. 

  • AP/SIPA

    Février 1968, l'exil du ring. Condamné par la justice pour son refus de servir son pays, Mohamed Ali est déchu de son titre de champion du monde et interdit de ring pendant plus de trois ans. C'est finalement la Cour suprême qui renverse la décision en 1971.

  • AP/SIPA

    Mars 1971, le «combat du siècle», perdu contre Frazier. Revenu sur les rings, Ali veut reconquérir son titre. Ce combat du siècle oppose deux champions invaincus. C'est finalement Joe Frazier qui s'impose au bout du suspense, aux points.

  • SIPA

    Janvier 1974, la revanche contre Frazier. Après une autre défaite, cette fois contre Ken Norton, Ali doit cravacher pour avoir le droit de défier à nouveau Joe Frazier. Il prend sa revanche, sur décision des arbitres.

  • Ed Kolenovsky/AP/SIPA

    Octobre 1974, «Rumble in the jungle» face à George Foreman. Dans la fournaise de Kinshasa, Mohamed Ali affronte la nouvelle terreur des rings, George Foreman, invaincu avec 40 victoires dont 37 par K.O.. Mais Ali a travaillé son endurance et vient à bout de son adversaire, qui se relève trop tard au 8e round.

  • MITSUNORI CHIGITA/AP/SIPA

    Octobre 1975, «Thrilla in Manila» face à Frazier. Dans l'une des plus grandes rivalités du sport, Ali et Frazier croisent à nouveau le fer, cette fois à Manille. Par près de 40 degrés, le combat se transforme en épreuve de survie. C'est finalement le coach de Frazier qui arrête ce duel de titans au 14e round, craignant une conclusion dramatique. 

  • AP/SIPA

    Juillet 1976, Ali vs Inoki façon MMA. Dans ce match promotionnel, le boxeur américain défie le catcheur japonais Antonio Inoki. Ce dernier, qui n'a pas le droit de donner des coups de pied au visage d'Ali, passe son temps au sol. Le combat dure 15 rounds et se solde par un match nul. Mohamed Ali sera toutefois hospitalisé pour des blessures aux jambes.

  • AP/SIPA

    Février 1978, la défaite face à Spinks. Sur le déclin, Mohamed Ali affronte le rookie Leon Spinks. Loin de son plus haut niveau et en surpoids, Ali s'incline sur décision des arbitres.

  • PL/AP/SIPA

    Septembre 1978, la reconquête du titre. Plus affûté, Mohamed Ali reprend son titre, pour la troisième fois, à Leon Spinks, lors d'un combat qui n'est pas resté dans les annales. 

  • AP/SIPA

    Octobre 1980, presque la fin. Après une brève retraite, Ali remonte sur le ring face à son ancien sparring partner, Larry Holmes. Le combat tourne au massacre et l'entraîneur de Mohammed Ali l'arrête au 11e round, pour la seule défaite par K.O. de sa carrière.

  • AP/SIPA

    Décembre 1981, le dernier combat. Mohamed Ali termine par une défaite sans gloire, face à Trevor Berbick.

  • SIPA

    1984-1985, les débuts de la maladie de Parkinson. Mohamed Ali n'a que 42 ans quand les premiers symptômes se déclarent. Selon les médecins, les nombreux traumatismes subis au cours de sa carrière ont sans doute joué un rôle aggravant. 

  • AP /SIPA

    Juin 2003, face à Nelson Mandela. L'ancien président sud-africain s'amuse avec un direct du gauche.

  • Cameron Spencer/AP/SIPA

    Juillet 2012, aux Jeux olympiques de Londres. Ali participe à la cérémonie d'ouverture, aidé par sa femme Yolonda Williams.

Vous aimerez peut-être