L'OM doit apprendre à vivre sans Mbia

FOOTBALL Le Camerounais est éloigné des terrains pour un mois...

Romain Canuti à Marseille

— 

Le Marseillais Stéphane Mbia, le 11 avril 2010
Le Marseillais Stéphane Mbia, le 11 avril 2010 — REUTERS/Philippe Laurenson

L'aveu vient d'un proche de Stéphane Mbia. « Je regardais le match. Quand je l'ai vu s'écrouler, j'ai d'abord ri. Je me suis dit qu'il voulait avant tout ne pas prendre de risques au vu des prochaines échéances. On ne s'attendait pas à ce verdict ». Le verdict en question, c'est une absence d'un mois, confirmé mardi dans une clinique spécialisée à Bordeaux. Mbia ratera au moins les six prochains matchs. Un coup dur pour l'OM, qui a remporté toutes les rencontres que le Camerounais a démarré depuis son retour l'automne dernier.

Deux manières de le remplacer

Morgan Amalfitano en convient, s'il a pu définitivement s'installer dans l'équipe marseillaise, c'est aussi parce que le numéro 17 a fait son retour dans le onze titulaire dans le même temps : «Stéphane, on le connaît. Il nous a beaucoup apporté pour son retour. Lorsqu'il était au milieu avec Alou, ce n'était pas évident pour l'adversaire. Mais on va faire en sorte de ne pas commencer à calculer les absences. Les pépins, ça arrive, il y en a eu pas mal en début de saison, on se doit d'être costaud malgré tout».

Pour se faire, Didier Deschamps peut compter sur le retour en forme de Lucho Gonzalez. Si l'Argentin est toujours aussi approximatif dans ses passes, il s'est découvert un talent de harceleur au milieu de terrain. Derrière, la charnière Fanni-N'Koulou tient la corde. Enfin, pour faire oublier définitivement l'abattage de Mbia, l'OM pourra aussi compter sur… Brandao, également connu pour être l'ennemi des relances. Quand il est en condition, ce qui n'était pas le cas contre Le Havre. « Je ne m'attendais pas à rentrer, se défend le Brésilien. Quand je suis arrivé, on m'a dit qu'on avait besoin de moi, qu'il fallait que je donne le maximum. L'important, c'est le cœur qu'on y met. » Bien décidé à faire taire les sceptiques, l'attaquant juge qu'il a de quoi compenser ses carences : «Parfois pour réussir, il ne faut pas que du talent, il faut aussi la force de persévérer, d'aller au bout. Et ça, je l'ai. »

Brandao et sa nouvelle histoire d'amour

Au moment de son but et à l'instant où il a été remplacé, Brandao a reçu une ovation de la part de tous les spectateurs du Vélodrome. « C'était fort », lance le Brésilien qui explique à qui son cœur en guise de célébration était destiné : « C'est pour dieu. Rien ne peut me séparer de l'amour que dieu a pour moi. » Et aussi pour les supporters, la famille et la fiancée.