France-Italie : Les Bleus filent en demies après un nouveau finish miraculeux et une prolongation bien gérée… Revivez ce nouveau succès de folie ici

BASKET La bande à Vincent Collet est encore en vie, au prix d’un nouveau succès de dingue dans le « money time » contre l'Italie (93-85 après prolongation)

Jérémy Laugier
— 
Rudy Gobert en train de signer un gros dunk, ce mercredi, face à la défense italienne.
Rudy Gobert en train de signer un gros dunk, ce mercredi, face à la défense italienne. — Oliver Behrendt / AFP

FRANCE-ITALIE 93-85 après prolongation (27-20 ; 11-11 ; 18-31; 21-15; 16-8)


19h25 : Pfiouuuuuuu, on peut respirer à nouveau, vous en êtes certains ? Cette équipe, c’est quand même un truc de maboulos : une première période hypra bien maîtrisée, puis le trou d’air absolu. Imaginez : on passe de 11 points encaissés en 2e quart-temps à 31 points ramassés dans la truffe en 3e ! Mais voilà, cet Eurobasket est fou, ce sport aussi, et les ratés sur la ligne des lancers de Fontecchio ont coûté très cher aux Italiens. Thomas Heurtel a fait le reste, et les Bleus ont géré au mieux cette prolongation (93-85). Place à la demie vendredi, sans doute contre la Slovénie de Luka Doncic (on aura la confirmation ce soir). Allez, rendez-vous pour la Ligue des champions ce soir avec Maccabi Haïfa-PSG chez nous, et on se retrouve vendredi pour le basket. La bise les amis, encore merci de nous avoir suivis, on s’est régalé.



19h21 : Thomas Heurtel : « J'aime bien ces moments-là. Avec Evan sur le banc pour 5 fautes, j'ai essayé de prendre les choses en main. Ce soir, on a vraiment montré du caractère".
19h20 : Evan Fournier : « J'aimerais qu'on arrête d'avoir des trous d'air. On a eu un vrai creux alors qu'on avait le contrôle. Mais on a une force de caractère pour ne jamais lâcher. Thomas (Heurtel) est l'homme du match, c'est le Thomas qu'on aime".
19h18 : « C'était la guerre, mais on le savait. Dans ces moments-là, on est vraiment une vraie équipe, on s'entraide, on a la niaque. A nous de rester ensemble pour la demi-finale », réagit Guerschon Yabusele à chaud.
19h18 : C'est finiiiiii, on y est (93-85) ! On en a vu des trucs mystiques dans ce sport, mais le même scénar de dingo que contre les Turcs, avec score absolument identique (75-77) avant le « choke » aux lancers d'Osman en 8e puis de Fontecchio cet aprem en quarts, c'est quand même surréaliste. Cette équipe de France a une drôle de bonne étoile.




45e : Et on finit l'affaire avec un énorme dunk de « TLC », on est en demies (93-85)!
45e : Ouiiiiiii (again), Tarpey met ses deux lancers (91-85), ça sent plus que bon dans cette dernière minute, les Italiens ne marquent plus.
45e : Ouiiiiiiiii Rudy encore une claquette décisive à 45 secondes de la fin (89-85), ça sentirait presque bon dites-moi (oups, je n’ai rien dit).
44e : C’est irrespirable, 87-85 et un passage en force de Gobert qui fait mal, mais on est devant !
44e : Groooooosse faute sur Rudy, pas loin de l'antisportive tout ça, non ? 85-83, c'est eeeeeexplosif là !
43e : Là on le sort : donne-moi ton shooooooooooooort Thomas, encore un panier de près superbe (85-82) !
43e : Noooooooo 5e faute de Fournier ouuuuuch (83-80) !
42e : Fournier et Heurtel d'un délicieux « teardrop » offrent encore l'avantage dans ce début de prolong, c'est booooon ça (83-80).
41e : Sur son nuage, Thomas Heurtel permet à la France de reprendre l'avantage, pour la première fois depuis des plombes (79-77).
40e : Fontecchiiiiiiiio mon héros : le loustic (énorme ce soir en plus) loupe un tir quasi facile près du cercle juste avant le buzzer ! On est en prolong et c’est un autre petit miracle après celui de samedi.
40e : C’est la mêêêême pour les Bleus que contre les Turcs !!!!! Fontecchio craque sur la ligne (0/2). Derrière Heurtel n’hésite pas et trace au cercle. Il égalise à 5 secondes de la fin. L’Italie a désormais la balle de la gagne (77-77).
40e : Faute pas si évidente de Fournier sur la remise sur Fontecchio, 2 lancers pour lui à 16 secondes de la fin (75-77).
40e : Alors il reste 20 secondes et Fournier vient de faire une faute. Il n’y aura pas 2 lancers. Miracle in Berlin, épisode 2 (75-77) ?
40e : La claqueeeeeeeeeette de Tarpey, oui monsieur, 75-77 à 40 secondes de la fin !
39e : OK, on est officiellement en apnée : heureusement Gobert sur un dunk, et Fournier sur un lancer post- faute technique, plussssss Fournier sur un shoot à 2 points, permettent aux Bleus de revenir totalement (73-75).
38e : Quel assassin ce Fontecchio ! 21 points pour lui et un shoot monstrueux de loin à l’instant, malgré une bonne def de Tarpey sur le coup, pour permettre à l’Italie de reprendre 7 points d’avance (68-75).
37e : Ce qu’il fait plais ce gros dunk de Gobert qui écrabouille son adversaire direct. Belle passe (comme d’hab ou presque) de Yabusele avant. 13 points, 9 rebonds pour Rudy et -2 côté français (68-70).
35e : « Biiiiiiiiiiiiiiiiig three » pour Thomas Heurtel, capable de tout ce soir, et donc sur ce coup-là de belles choses (64-67).
34e : Super alley-oop Heurtel-Gobert qui permet aux Bleus de relever la tête (61-64). Mais vache, la stat qui tue : 17 ballons perdus à 6 côté français ! 17 à 6 ! 17 à 6 ! 17 à 6 (je n’arrive plus à m’arrêter d’écrire ça tellement ça me flingouille cet écart) !
34e : Gobert bloqué dans la raquette, Tarpey qui met le pied en touche dès la réception d’une passe : nous revoilà officiellement dans le bourbier vécu face aux Turcs (59-64).
33e : Wah, Collet lance maintenant dans la fosse aux lions Elie Okobo, auteur d’un tournoi très très moyen, et qui n’a pas joué 1 seconde jusque-là cet aprem. Mouais (56-64)...
32e : On bascule à -8 et Heurtel perd un nouveau ballon en jouant hyper mal le coup. Je vous ai déjà dit que ça ne sentait pas bon (56-64) ?
31e : Allez, 10 minutes pour sauver la boutique ! Ça va être très chaud tant le match a tourné dans l’esprit avec toutes ces contre-attaques italiennes.
30e : L’Italie est euphorique comme pas permis et vient d’infliger un terrible 31-18 en 3e quart-temps. Voilà les Bleus d’un coup à -6 alors qu’ils ont été devant tout du long, il va falloir retrouver ses esprits messieurs (56-62)...
29e : Terriiiiiiiiiible cette perte de balle cata d’Albicy qui allait remonter tranquillement le ballon, Mannion en profite et l’Italie passe devant, pour la première fois du match je dirai (56-57). Ça ne sent pas bon du tout…
27e : Noooooo mais c’est quoi ce DJ allemand là qui lâche du « Sarà' perché ti amo » alors que l’équipe de Pozzecco est déjà survoltée : quel parti pris nom de dzou (53-52) !
27e : Aïe aïe aïe l’énorme dunk de Melli en fin de contre-attaque. Ils sont en pleine bourre les Italiens, mais il n’y avait pas une énorme faute sur Fall au départ sérieux (53-50) ?????
26e : Ouiiiii, Asvel connection là (enfin l’équipe de 2020-2021) entre Fall (qui vient d’entrer en jeu) et Yabusele, auteur d’un gros shoot à 3 points (53-45).
25e : Attention au retour italien : Fontecchio (13 points) conclut une contre-attaque rendue possible par un lay-up raté par Heurtel au départ (45-40). On n’est pas les rois du 3e quart-temps, loin de là, il va falloir faire gaffe…
24e : Olalala le super dunk de Yabusele, parfaitement lancé par une passe d’Evan Fournier, qui a su résister à la pression haute des Italiens (45-36).
21e : Ça repart à Berlin, et même super bien, avec un caviar de Gobert (oui, oui) pour Yabusele (40-31).
18h12 : Alors qu'on attend la reprise de cette deuxième mi-temps, on tombe sur cette photo d'Evan Fournier sur son « lay back » spectaculaire. C'est de l'aaaaaaaart, nope ?




18h : « On fait des petites erreurs, des pertes de balle et des fautes, qui nous pénalisent encore aujourd'hui. Mais on a des tirs ouverts comme les Italiens sont focalisés sur Evan, Rudy et Guerschon », explique « TLC », l'un des grands bonhommes de cette première période donc.
20e : Exceptionnel ce contre inespéré de Timothé Luwawu-Cabarrot quasi au buzzer. Jolie réponse à l’énorme contre que vient de lâcher juste avant Melli sur Fournier. Grosse baston défensive ce 2e quart, avec un 11-11 au final, et donc ce +7 que les Bleus tiennent bien. Les 12 balles perdues (déjà) font mal, mais le 9/16 à 3 points compense, on va dire. Allez, il va falloir rester sérieux après la pause, et peut-être chercher à davantage sur nos joueurs intérieurs qui peuvent amener de la variété et du scoring, entre Gobert, Poirier, et même Fall s’il est utilisé par Collet (38-31).
20e : On est quand même sur une première mi-temps bien bien consistante. Là on défend dur, avec un énorme passage en force provoqué par Yabusele sur Melli (38-31). 31 points concédés en une mi-temps contre l’Italie, c’est du sacré bon boulot.
18e : Un régal cette passe de « alley oop » d’Albicy pour Rudy Gobert en contre-attaque (38-29). Pas toujours besoin de dunker dans ce sport hein : un peu de finesse dans ce monde de brutes sur ce coup pour le père Rudy.




16e : Quoiiiiiiiii, c’est quoi ce bazar « TLC » ? ! ? ! ? Un tir raté à 3 points non mais ! Ça fait 3/4 et c’est le banc direct pour lui, true story (33-27).
14e : Pfiouuuuuuuu et 3/3 à 3 points pour « TLC » côté tricolore, quel régal cette adresse extérieure française (33-22). C'est précieux car ça commence à ressembler à un match d’Euroligue des années 90 par ailleurs, en mode guerre des tranchées, et 6-2 pour la France en 4 minutes dans ce début de deuxième quart-temps.
11e : Contest de contres hypra sympa là entre Datome côté italien, et notre barbu Vincent Poirier derrière, on en reste à 27-20 après ces coups d’éclat défensifs.
10e : Ah dommage Datome au buzzer permet aux Italiens de passer sous la barre des 10 points (27-20). A noter que « TLC » a replanté un 3 pions juste avant à zéro degré : 6/8 de loin, c’est assez dingue !
9e : Et Thomas Heurtel, bien rentré dans son match, en plante un à son tour : 5/7 messieurs dames (à prononcer dans votre tête avec l’accent de l’ami Georges Eddy) : voilà un score sympa de 24-17.
8e : Wooooh Timothé Luwawu-Cabarrot valide (avec une sacrée réussite) un superbe 4/6 à 3 points. Si ça en reste là, avec une telle adresse lointaine, tu ne peux pas perdre hein (21-14).




7e : On reconnaît (malheureusement) bien notre équipe de France qui vient de vivre une séquence difficile, puisque le score n’est plus que de 15-12 après des ballons d’attaque très mal gérés, à l’image d’une remontée de balle manquée du pourtant très sobre Terry Tarpey là.
6e : Et ouiiiiii le premier gros dunk bien sale de Rudy sur la tronche de toute la défense italienne. Excellent taf de Tarpey au départ qui le sert dans le bon timing. Il pourrait se régaler le bougre dans la raquette cet aprem (15-7).




6e : Arf, dommage cette première faute technique de Fournier pour contestation, ça gâche un peu son début de match de dingo. Mais Tarpey permet aux Bleus de prendre le plus gros avantage du match (13-4). Temps-mort italien direct.
5e : Bang bang, 2e tir loooooooongue distance pour Evan Fournier qui est bien dans son match plusssssss une pénétration de folie derrière et une finition spectaculaire de l’autre côté du cercle. Déjà 9 pions pour l’arrière des Knicks (11-3). Premier break sympa ma foin, et appréciez notre funambule avec la vidéo ci-dessous.




3e : Et le premier panier tout cuit dans la peinture pour Gobert d’emblée. Franchement, il y a zéro intérieur imposant et dominant dans cette sélection italienne là. Il peut se régaler notre Rudy (5-2).
1re : Et hop, le 3 points qui fait du bien pour Evan Fournier d’emblée. En voilà un bon signe dites donc après son 8e de finale galère (3-0).




17h15 : Et c'est partiiiiiiiiiii, en route pour une médaille les gars !
17h10 : Cinq majeur tricolore sans surprise: on ne change pas une formule qui gagne (même archi ric rac) : Albicy et le surprenant Tarpey à l'arrière, avec évidemment Fournier, puis le gars sûr Yabusele en poste 4 et Rudy Gobert en pivot. Ca ne va pas tarder à partir msieurs, dames, on est excité comme des puces par ici, avec Georges Eddy au mic pour nous faire chavirer comme sur un Eurobasket 99 à Bercy.
17h05 : L'hymne italien retentit dans une bien belle ambiance à Berlin. et hop, place à la Marseillaise. Jusqu'ici, tout se déroule sans accroc.
17h : Hellooooooo les amis, nous voici en place pile poil à l’heure comme prévu ! Prêts à vibrer avec nos Bleus alors cet aprem ? Evidemment méfiance face aux outsiders transalpins, qui nous avaient passé de sacrés problèmes en quarts des JO de Tokyo l'an passé (84-75).
09h30 : Et hop, voilà donc le sujet tant attendu sur Rudy Gobert, dont le rôle sera évidemment essentiel cet aprem encore, et désormais tant défensivement qu'offensivement.



7h45 : Pour faire monter la pression autour des parquets ce mercredi matin, on vous fera vite suivre un sujet sur l'évolution offensive de notre Ruuuuuuuuuudy Gobert national, héros du « money time » en 8e samedi. Et voici également une vidéo des stars du probable Eurobasket le plus relevé de l'histoire, même si certaines comme Giannis et Jokic sont déjà passées à la trappinette. Allez, rendez-vous à 17 heures avec votre plus beau maillot « Pitch ».



7h45 : Tenez, pour ceux qui ont loupé la scène cocasse ayant suivi le coup de tonnerre de la victoire italienne face à la Serbie, voici ci-dessous la vidéo du coach transalpin Gianmarco Pozzecco. Celui-ci se jette comme un fou furieux dans les bras de Giannis Antetokounmpo, qui passait par là par hasard et qui se cognait pas mal alors de l’élimination serbe. Comment dit-on « folie furieuse » en italien ?




7h45 : Amis du « stepback » et du « teardrop », on va savourer chaque instant de ce live comme il se doit, on préfère vous prévenir. Car durant notre repas, samedi midi, on avoue avoir rayé dans notre agenda ce rendez-vous des quarts de finale de l’Eurobasket qui se refusait à nos Bleus. On venait officiellement de toucher le fond contre la Turquie, avec à la clé un cataclysmique 19-0 subi sans broncher. Et puis abracadabra, des lancers turcs mystérieusement lâchés en route, une claquette dunk pour l’histoire de Rudy Gobert et nous voilà finalement en place pour cette affiche France-Italie. On s’attendait clairement à trouver sur notre route le double MVP de la NBA en titre Nikola Jokic et sa sélection serbe. Mais l’Italie a créé la sensation en l’emportant (94-86), malgré l’absence de son ailier star Danilo Gallinari (Boston Celtics), gravement blessé au genou juste avant le début du tournoi. Il s’agirait d’enfin livrer 40 minutes constantes pour foncer vers les demi-finales, où on se coltinerait sans doute ce cher Luka Doncic (Slovénie-Pologne se dispute ce mercredi soir).

» Allez, rendez-vous à partir de 17 heures les 20 Minutos pour vivre ce quart de finale, avec un coup d’envoi à 17h15.