Louis Nicollin s'excuse mais est convoqué par le Comité national d'éthique

FOOTBALL Il a appelé au téléphone Benoît Pedretti qu'il avait traité de «Petite tarlouze»

La rédaction sport

— 

Le président de Montpellier, Louis Nicollin, lors d'un déplacement au Parc des Princes, le 31 octobre 2007.
Le président de Montpellier, Louis Nicollin, lors d'un déplacement au Parc des Princes, le 31 octobre 2007. — V.Capman/SIPA

Loulou s'est donc excusé. Après avoir traité le milieu de terrain de l'AJ Auxerre, Benoît Pedretti, de «petite tarlouze» et promis de s'occuper de lui au match retour, le président montpelliérain aurait pris son téléphone dimanche soir pour s'excuser.  «Ce que j'ai dit ne regarde que moi, Benoît Pedretti et Jean Fernandez (l'entraîneur d'Auxerre). On peut se parler, se dire les choses. On est des hommes, pas des gonzesses», a expliqué Nicollin dans L'Equipe, un brin mysogine cette fois.

Le joueur aurait accepté ces excuses. «Pour moi, l'affaire est close.» Cette information révélée par L'Equipe
fait suite aux nombreuses réactions suscitées par cette sortie douteuse.  Cela n'a pas empêché  le Comité national de l'éthique (CNE) de la Fédération française de football (FFF) de convoquer Nicollin. Il risque jusqu'à deux mois de suspension.


Le Collectif contre l'homophobie scandalisé

 
Dimanche soir, le Collectif contre l'homophobie (CCH) s'était ainsi dit scandalisé. «Le CCH dénonce fermement cette énième saillie homophobe de Louis Nicollin dont les propos sont aussi nauséabonds que l'odeur des poubelles qui ont fait sa renommée», écrit-il dans un communiqué. Nicollin a fait fortune dans le ramassage des ordures.