Euro 2016: Didier Deschamps «ne va pas commencer la compétition en se cherchant des excuses»

FOOTBALL Le sélectionneur des Bleus est revenu sur le forfait de Varane...

J.L.
— 
Didier Deschamps, le sélectionneur de l'Equipe de France, lors d'une conférence de presse en mars 2016.
Didier Deschamps, le sélectionneur de l'Equipe de France, lors d'une conférence de presse en mars 2016. — FRANCK FIFE / AFP

Rester digne et confiant malgré la poisse infinie qui le poursuit depuis l’automne 2015. Dans le nouvel auditorium de Clairefontaine, Didier Deschamps a tenté de garder le sourire du type qui sait où il va alors que les sept plaies d’Egypte ont entamé leur chantier sur sa petite personne. Le forfait confirmé de Varane, leader d’une défense déjà pas bien fière ? Entre les lignes, Deschamps a confié que le Madrilène n’aurait jamais été remis avant le 19, jour du dernier match de poule des Bleus, et qu’il ne se voyait pas traîner un grand blessé jusque-là. Mais bon, c’est pas grave on a de quoi faire derrière. Enfin pas du tout mais DD ne peut pas le dire, alors il adopte la posture contraire. Moi inquiet ? Mais pourquoi donc ma bonne dame ?

>> A lire aussi : Mais est-ce qu’on l’a pas déjà perdu cet Euro

« Je ne suis pas inquiet, mais c’est embêtant. Raphaël est celui qui a le plus joué depuis le Mondial, c’est embêtant, c’est sûr. Mais je ne vais pas être inquiet non plus. Les joueurs qui sont là, j’ai confiance en eux ». Y compris Adil Rami, qui l’avait pourtant salement assaisonné sur RMC la semaine passée. « Adil a fait une très bonne saison avec Séville, et puis il a une expérience internationale quand même ». Le sélectionneur n’est pas allé jusqu’à nous faire croire qu’il avait son plan B en tête en défense. C’est même tout l’inverse, il attend les deux amicaux face au Cameroun (30 mai) et à l’Ecosse (le 4 juin) pour décider de la composition d’une charnière forcément brinquebalante entre Mangala, Koscielny, Rami et Mathieu. Enfin, on peut déjà enlever le Barcelonais, qui souffre du mollet et qui ne sera pas sur pied avant l’Ecosse, au mieux.

« La hiérarchie est évolutive, j’ai encore du temps pour réfléchir sur ces deux matchs amicaux. Est-ce que j’aurais dû prévoir le forfait de Varane ? Peut-être, mais je ne l’ai pas fait. Vous m’avez assez reproché de changer de défense pendant ces deux dernières années ». Pas question pour autant d’avouer que la perspective de gagner l’Euro s’est furieusement éloignée ces derniers jours. «On reste compétitif oui, et l’ambition on doit la garder, vous savez quels joueurs vont représenter la France, le but c'est pas de faire profil bas et commencer en se trouvant des excuses. On fera en sorte d’aller le plus loin possible».

Ce sera sans les réservistes, un concept mort-né depuis que Rami est passé de 32e choix à titulaire en puissance en une semaine. Alors qu’ils devaient rester jusqu’au match de Nantes contre le Cameroun, avec l’espoir pour certains de grappiller quelques minutes, les huit réservistes quitteront le groupe dès samedi. «Je préfère avoir un groupe resserré. Travailler avec 30, c’était nécessaire un temps, mais après je veux que le groupe des 23 soit déjà dans un mode de compétition». Si on n'en perd pas plus en route.