Johan Cruyff: Le romantique du foot est mort à 68 ans

FOOTBALL Triple Ballon d'Or, la légende néerlandaise, qui souffrait d'un cancer du poumon, laisse derrière elle un palmarès énorme...

R.B. et J.L.

— 

Le Néerlandais Johan Cruyff en finale de la Coupe du monde 1974 contre l'Allemagne.
Le Néerlandais Johan Cruyff en finale de la Coupe du monde 1974 contre l'Allemagne. — STF / AFP

C’est l’un des mythes du football que l’on pense presque immortel, référence parmi les références dans tous les débats du ballon rond. Johan Cruyff, c’était l’idéal du beau jeu, l’homme du geste élégant, le symbole d’un football enthousiasmant et romantique. Jeudi, la légende du football, triple Ballon d'Or, est décédée à 68 ans des suites d’un cancer du poumon. Il laisse derrière lui une carrière extraordinaire comme joueur puis comme entraîneur.

L’attaquant laisse derrière lui un énorme palmarès. Star du club néerlandais de l’Ajax Amsterdam, Cruyff remporte trois Coupes d’Europe des clubs champions (1971, 1972, 1973), l’ancêtre de notre Ligue des champions. La suite de sa carrière le mène au Barça où il deviendra une icône dans l’Espagne franquiste en remportant un titre de champion dès sa première saison. Le joueur reste sur sa faim avec les Pays-Bas puisqu’il ne gagnera rien en sélection malgré une Coupe du monde 1974 exceptionnelle achevée sur une finale perdue contre la RFA.

Mais c’est peut-être encore plus comme entraîneur qu’il va révolutionner la conception du foot. Il fait ses armes chez lui, à l’Ajax, où il remporte la Coupe d’Europe des vainqueurs de Coupe en 1987 avant de retourner au Barça, où son héritage est encore revendiqué par toutes les figures du club et ses plus grands entraîneurs,de Franck Riijkaard à Pep Guardiola.

L’inventeur du style du Barça

Cruyff instaure alors le fameux 4-3-3 très offensif jamais abandonné depuis par ses successeurs sur le banc catalan. Transmissions au sol, mouvement perpétuel, utilisation de la largeur et défense au niveau du milieu de terrain, ses principes permettent au Barça de remporter quatre Ligas de rang au début des années 90 et d’offrir au club sa première Ligue des champions à Wembley, en 1992.

« Le principe du football est de marquer au moins un but de plus que l’adversaire, peu importe le nombre de buts encaissés, et le ballon doit courir le plus possible, pas les joueurs », résume alors le Néerlandais quand on l’interroge sur sa réussite. La finale ratée face au grand Milan en 1994 (4-0) marque la fin de l’ère Cruyff, mais seulement sur le banc de touche. Le Triple Ballon d’Or, qui n’a jamais entraîné la sélection hollandaise par la suite, incarnait depuis lors le « Mes que un club » et le beau jeu comme personne. Le romantique du foot n’est plus.