Après sa victoire sur Milan-San Remo, Arnaud Démare accusé de tricherie

CYCLISME Certains coureurs l'accusent d'avoir été remorqué par son directeur sportif... 

Paul Arrivé

— 

Le Français Arnaud Démare remporte Milan - San Remo, le 19 mars 2016.
Le Français Arnaud Démare remporte Milan - San Remo, le 19 mars 2016. — MARCO BERTORELLO / AFP

Arnaud Démare (FDJ) s’est-il accroché à une voiture pour revenir après sa chute à 30 kilomètres de l’arrivée de Milan-San Remo, qu’il a remporté, ce samedi ? C’est en tout cas ce qu’affirment plusieurs coureurs : «Dans la Cipressa, il roulait deux fois plus vite que nous, a assuré Matteo Tossato (Tinkoff) à la Gazzetta Dello Sport, soutenu notamment par Eros Capecchi (Astana). Je n’ai pas vu s’il était accroché à la fenêtre ou s’il se tenait à un bidon. Oui il a été solide au sprint, mais s’il n’avait pas été remorqué, il n’aurait jamais pu y participer».

Certains réclament même les données GPS de Démare pour être fixés sur la performance du Français en Italie, dont Fabian Cancellara (Trek).

Contacté par Cyclingnews, Frédéric Guesdon, directeur sportif de la FDJ, a réfuté toute accusation : «Nous n’avons pas triché. J’étais avec Arnaud dans l’ascension de la Cipressa simplement parce qu’il était dans la file des voitures après la chute. À un moment il a pris un bidon, mais je ne pouvais pas le remorquer à 80 km/h dans la queue des voitures des directeurs sportifs dans la montée. C’est impossible. C’était pare-chocs contre pare-chocs.»

Frédéric Guesdon a également émis la possibilité de révéler les données GPS d’Arnaud Démare dans la montée : «S’il y a vraiment une polémique, si ça continue, on demandera à Arnaud de dévoiler ses performances pour que les gens puissent analyser ses watts et sa vitesse dans la Cipressa».

«Ça fait partie des courses italiennes,conclut le directeur sportif de la FDJ. Mais venant de la part de deux coureurs plus anciens, c’est vraiment mesquin». À voir maintenant si ces déclarations leur suffisent pour accepter la victoire du Français samedi après-midi… Parce que sans images, ça risque d'être compliqué d'aller plus loin dans les accusations.