Toulouse: Picamoles fait payer à Perpignan son éviction du XV de France

RUGBY Tout en puissance, le troisième ligne centre, écarté des Bleus, a brillé avec le Stade Toulousain contre l’USAP...

N. S.

— 

Le troisième ligne du Stade Toulousain Louis Picamoles charge face à Perpignan, le 1er mars 2014 au stade Ernest-Wallon de Toulouse, en Top 14.
 
Le troisième ligne du Stade Toulousain Louis Picamoles charge face à Perpignan, le 1er mars 2014 au stade Ernest-Wallon de Toulouse, en Top 14.   — F. Lancelot / SIPA

Cette fois, Guy Novès peut remercier Philippe Saint-André. Le manager général du Stade Toulousain, souvent critique à l’égard du sélectionneur du XV de France, a pu compter sur un Louis Picamoles magistral, samedi contre Perpignan (37-9). Cinq jours plus tôt, PSA  avait « omis » de retenir son  habituel numéro  8 titulaire parmi les 30 joueurs appelés à défier l’Ecosse, le 8  mars, pour la quatrième journée du Tournoi des VI Nations.

Surmotivé, Picamoles a multiplié les charges rageuses –sa marque de fabrique– suivies de passes après contact qui ont aidé les Rouge et Noir à supplicier la défense catalane. « Je pense que Louis reviendra très vite en équipe de France », à lâché Novès sur Canal+.

Un problème d’attitude, pour Saint-André

Le massif troisième ligne centre de 28 ans (40 sélections) a été évincé par Saint-André après la défaite au Pays de Galles (27-6), où il n’avait pourtant pas été le plus mouillé dans le naufrage collectif des Bleus. Mais il a surtout payé son carton jaune suivi d’applaudissements ironiques à l’encontre de l’arbitre du match, Alain Rolland.

Saint-André n’a pas cité son nom. Mais les oreilles de Picamoles ont sifflé, lorsque le patron des Bleus a critiqué « certaines attitudes sur le terrain vis-à-vis du groupe et du corps arbitral qui n’ont rien à faire dans notre sport » au moment de justifier ses choix.

Cette fois, Novès vient au soutien de PSA : «Je suis d’accord avec le sélectionneur : on ne doit pas parler en permanence, sur un terrain.» Mais le consensus s’arrête là. «Quand je vois le nombre de joueurs qui ont eu des cartons et qui n’ont pas été écartés (Slimani, Vahaamahina), et la sélection de joueurs sous le coup d’un carton rouge (Parra), ça m’interpelle un peu…», grince le manager général toulousain. Depuis samedi et la formidable prestation de Picamoles, Saint-André doit également être «interpellé».