Olivier Rouyer: «Eden Hazard apporterait beaucoup au PSG»

FOOTBALL Le consultant de Canal+ revient sur la rumeur envoyant Eden Hazard au Paris Saint-Germain...

Loïc Bécart

— 

Eden Hazard, lors de son premier match de Premier League avec Chelsea, le 19 août 2012 à Wigan (Angleterre).
Eden Hazard, lors de son premier match de Premier League avec Chelsea, le 19 août 2012 à Wigan (Angleterre). — Rex/SIPA

Quelques mots dans le Parisien suffisent pour que la rumeur enfle. Vendredi, le quotidien relate des propos qu’Eden Hazard aurait tenus à un proche :  «Je vais certainement rejoindre Paris l’été prochain». «Si vraiment c’est sérieux, ça ne me surprend pas que le PSG soit sur Eden Hazard, affirme le consultant de Canal+, Olivier Rouyer. Techniquement et avec sa capacité à faire des passes décisives, il apporterait beaucoup.» Hazard a déjà délivré 16 ballons de but à ses équipiers en une saison et demie en Premier League.

Mais une question se pose :  où Eden Hazard pourrait-il jouer au sein de l’effectif parisien ? A Chelsea, l’international belge joue essentiellement sur le côté gauche. «Je ne le vois pas comme un joueur de couloir mais plutôt comme quelqu’un qui serait derrière Ibrahimovic, estime Olivier Rouyer. S’il vient, c’est aussi à Laurent Blanc de trouver la bonne formule :  gardera-t-il son 4-3-3 ? Je pense que ce sera plutôt au joueur de s’adapter à son système qu’à Blanc de le changer.»

«S’ils voulaient acheter Messi, ils pourraient le faire»

En cas d’arrivée au PSG, Eden Hazard devrait surtout essayer de se faire une place au soleil, au milieu de l’effectif parisien déjà installé et rôdé. «Un joueur de football doit faire ses preuves tous les dimanches», rappelle le consultant de Canal +.

Mais avant de tirer des plans sur la comète, encore faudrait-il que le Paris Saint-Germain dénoue les cordons de sa bourse. D’après le CIES Football Observatory, l’ancien Lillois est estimé entre 55,5 et 64,5 millions d’euros, faisant de lui le quatrième joueur le plus cher d’Europe. «Quand on connaît la puissance financière de Paris, les noms ne font pas peur, assure Olivier Rouyer. S’ils voulaient acheter Messi, ils pourraient le faire.»