Ligue 1: Mustapha Yatabaré, le danger dont ferait bien de se méfier Paris

FOOTBALL Le Malien fait mieux que Zlatan et Cavani avant PSG-Guingamp samedi au Parc des Princes...

Julien Laloye

— 

L'attaquant guingampais Mustapha Yatabaré, le 24 août 2013 en Bretagne.
L'attaquant guingampais Mustapha Yatabaré, le 24 août 2013 en Bretagne. — no credit

Il a d’abord fallu ne pas se tromper de frère. Oublier Sambou Yatabaré, le plus jeune et aussi le premier à percer en Ligue 1 du côté de Caen, pendant que Mustapha faisait l’aller-retour entre la CFA et le National avec Villemomble en région parisienne. Mustapha, donc, passé en cinq ans d’attaquant honnête de quatrième division à meilleur buteur de L2 (23 buts l’an passé), puis de L1 (deuxième derrière Rivière avec 3 buts). Sans que cela n’ait rien d’évident. «Il avait des qualités c’est sûr, notamment une puissance énorme et un jeu de tête remarquable, se souvient Guillaume Ducatel, qui a assisté aux premiers pas du Malien en Ligue 1, avec Boulogne. «Mais il avait encore besoin de travailler son adresse devant le but, il faisait des différences mais il ratait pas mal d’occasions.»

«Il ne calcule pas ses efforts pour les autres»

Par chance, le bonhomme sait ce qu’il veut, un peu trop même. A Villemomble, Alain Mboma le faisait parfois jouer à contrecœur, agacé par les absences incessantes du garçon, toujours à la recherche d’un essai concluant à l’échelon supérieur. C’est que Yatabaré n’est pas très patient, prompt à aller voir ailleurs dès que la situation se goupille mal. «Chez nous son comportement était irréprochable, mais il était venu pour jouer et derrière Grégory (Thil) c’était compliqué.». En Bretagne, c’est le club qui lui donnera le temps de s’épanouir, malgré une première saison ratée dans les grandes largeurs (aucun but marqué). La raison? Yatabaré compense par sa générosité sur le terrain et se fait accepter par le groupe. «C’est un mec qui ne calcule pas ses efforts pour les copains, souligne Reynald Lemaître, arrivé à Guingamp en janvier dernier. S’il faut faire l’appel de plus où se replacer, il y va».

Aucun but la première saison avec Guingamp

L’adresse a mis un peu de temps à suivre, mais elle finit par arriver. «Dans ses prises de balle, il a toujours su se mettre en situation de tirer très vite. Après, un attaquant ça marche aussi avec de la confiance ». Ce qui ne manque pas au Yatabaré du moment, qui pourrait compter deux buts de plus que Cavani s’il n’avait pas raté un penalty en ouverture contre l’OM. Un détail qu’il peut corriger au Parc samedi, même s’il n’en fait pas une question personnelle selon Lemaître. «Franchement, il ne se prend pas la tête avec ça. Il sait qu’il n’aura pas quinze occasions, mais il travaille pour mettre la bonne au fond.» Tellement bien que son nouveau statut a éveillé quelques appétits cet été. Pour l’instant repoussées par le club, qui a même prolongé d’un an son avant-centre international. «On le sent concerné, avec l’envie de confirmer en L1 ce qu’il a fait en L2» juge Lemaître. Après, ce sera une autre histoire.