Ligue 1: Nicollin veut Maradona à Montpellier, mais «au salaire minimum»

FOOTBALL Le président héraultais répond à l'Argentin, qui s'est dit prêt à entamer des négociations...

B.V.

— 

L'Argentin Lionel Messi (à dr.), avec son sélectionneur Diego Maradona, lors d'un match de la Coupe du monde 2010 à Johannesbourg, le 27 juin.
L'Argentin Lionel Messi (à dr.), avec son sélectionneur Diego Maradona, lors d'un match de la Coupe du monde 2010 à Johannesbourg, le 27 juin. — D.Gray/REUTERS

«Pour emmerder le PSG, j’ai envie de faire venir Diego Maradona». Cette bouteille à la mer envoyée lundi par le président de Montpellier, Loulou Nicollin, a visiblement trouvé preneur. Le Pibe de Oro a en effet affirmé ce mardi être d’accord pour discuter avec le champion de France, selon l’AFP. Le directeur de l’agence SGM, qui détient les droits d’image de Maradona en France,  explique en effet que «ce matin, Maradona nous a dit qu’il était d’accord pour discuter avec Montpellier d’une éventuelle proposition à la durée et l’envie du club».

Youssef Haijoub poursuit: «Nous allons indiquer au club par fax dans l’après-midi qu’il est OK pour entamer des négociations. Comme le PSG a Beckham, pourquoi Montpellier n’aurait-il pas un entraîneur avec un tel calibre et une telle image?» Pour l’image, d’accord. Pour le calibre, rappelons que les deux dernières expériences de Maradona en tant que coach se sont soldés par deux échecs pour autant de licenciements, avec l’Argentine et le club émirati d'Al-Wasl.

La rumeur a donc pris de l'ampleur, et Louis Nicollin ne l'a pas franchement démentie mardi, sur RMC. «Je le sais depuis un moment qu’il veut le faire. A mon avis ce sera pas possible, à moins qu’il vienne comme Beckham et qu’on donne à une association. Mais s’il demande le minimum des entraîneurs de première division, 30 000 euros, je signe demain matin. Même s'il veut une villa, voiture, chauffeur, y a aucun problème», jure «Loulou». Et ce n'est pas juste pour rapatrier un maillot de l'Argentin dans sa collection. «J’en ai sept des maillots de lui.»