Sur Fuzz.fr, le rédac' chef, c'est vous

©2006 20 minutes

— 

Dans le flux continu de dépêches, annonces et commentaires mis en ligne sur le Net, il est parfois difficile de séparer les vrais scoops de l'ivraie : plagiats, canulars et intox... Pour accéder à une information « vérifiée », l'internaute peut évidemment s'en remettre à l'expertise des professionnels de la presse et ne consulter que les versions en ligne des journaux traditionnels.

Mais s'en tenir à ces sources, c'est passer à côté de toute l'information alternative des webzines, newsletters, forums et blogs. C'est pour nous aider à faire le tri que sont nés les sites d'information collaboratifs tels que Fuzz.fr. Ces sites Web sont des journaux communautaires en ligne où les membres, plutôt que de poster leurs propres articles, soumettent les éditos, notes et dépêches qu'ils ont trouvés sur le Web ; les autres membres votent ensuite pour les news qui leur plaisent. A partir d'un certain nombre de votes, celles-ci passe en une sur la page d'accueil. Le système ne garantit certes pas la fiabilité de l'information. Mais il donne des repères sur les nouvelles qui suscitent l'intérêt.

Yaroslav Pigenet

Le système de recommandation communautaire de news de Fuzz permet de prendre rapidement connaissance des informations qui intéressent les autres internautes, mais ne certifie ni l'exactitude, ni même l'honnêteté de ces informations. Ainsi, victime de son succès, www.digg.com – le grand frère américain de Fuzz – a plusieurs fois servi de caisse de résonance pour lancer de fausses rumeurs.