App store: Apple joue (un peu) moins les dictateurs sur le paiement

HIGH-TECH L'entreprise a changé ses conditions d'utilisation et n'obligera personne à utiliser son système (et à lui verser 30%)...

P.B.

— 

L'App Store d'Apple
L'App Store d'Apple — DR

Le changement a été réalisé en douce et repéré par MacRumors. Dans les nouvelles conditions d'utilisation de l'app store, Apple a assoupli sa politique relative à l'achat de contenu, cédant ainsi à la pression de ses partenaires. Ils pourront finalement vendre musique, vidéos, livres et journaux pour iPhone/iPad sur leur site web sans être contraints d'utiliser le système de paiement d'Apple.

La polémique a éclaté en février dernier. L'entreprise annonce alors que tous ceux proposant des abonnements ou vendant des contenus destinés à une application iOS vont devoir proposer un achat en un clic «à l'intérieur» de l'app utilisant son système de paiement –Apple prélevant au passage une commission de 30%.

Des achats toujours bien encadrés

Certains éditeurs de presse (comme CondéNast) acceptent, mais d'autres acteurs, comme Sony, Amazon ou Rhapsody protestent bruyamment. Les autorités américaines se penchent sur la question et ouvrent une enquête préliminaire afin de déterminer si Apple abuse d'une position dominante. Dans la foulée, Google présente un système beaucoup plus souple, avec une commission de seulement 5%.

Les nouvelles règles Apple ne constituent pas un revirement à 180°. Il est toujours interdit d'avoir un bouton «achat» dans l'app qui emmène vers une boutique dans le navigateur Web. En clair, pour acheter un eBook, il faut se connecter par soi-même au site d'Amazon, effectuer l'achat –l'ouvrage sera ensuite accessible dans l'app Kindle.

L'app store piratée?

De nombreux témoignages font état d'achats frauduleux aux Etats-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni. Il semble que certains comptes iTunes aient été piratés, permettant aux hackers d'effectuer des achats d'apps fantômes. Apple n'a pour l'instant pas réagi.