Faut-il passer à Windows Vista?

Philippe Berry

— 

Place à Vista! Après la révolution Windows 95, la catastrophe Millenium et un XP accusant ses cinq ans d’âge, Microsoft lance son nouveau système d’exploitation le 30 janvier pour le grand public. Mais faut-il l’acheter, patienter, ou l’éviter.

Beau…
«Ce Windows est sans discussion possible le plus beau jamais sorti», juge le Wall Street Journal. Fenêtres avec effet 3D, transparence, widgets… La nouvelle interface graphique, baptisée «Aero», a également séduit Kurt Hutchinson, d’Ars Technica. Certes c’est «joli et ça brille» concède Wired, mais rien «qui n’existe déjà sous Linux ou Mac OS X», raille le magazine dans un article s’intitulant «pourquoi vous n’avez pas besoin de Vista maintenant».

… mais gourmand
Sur le papier, Microsoft l’assure, pas besoin de changer son PC pour profiter pleinement de l’expérience Vista et de l’interface Aero. D’après son programme de diagnostique, un processeur d’1 Ghz, accompagné un 1 Go de RAM et 128 Mo de mémoire vidéo suffisent. «Doublez ça et vous êtes plus proche de la réalité», corrige Tom’s Hardware. En conséquence, une machine âgée de deux ans et moins sera nécessaire. A défaut, il faudra investir dans de la mémoire supplémentaire, voire dans une nouvelle machine. A moins d’opter pour une version «basique» de Vista.

S’y retrouver dans les six éditions
Pour le grand public, Windows Vista sortira en trois version:
- l’édition Familiale Basique, dépourvue de l’interface Aero, à 279 euros (145 euros pour la version de mise à jour, destinée à ceux possédant déjà une version de Windows XP ou 2000). Verdict d’Ars Technica: cette édition tourne certes sur des machines plus modestes, mais pour une expérience «assez proche de celle de Windows XP».
- l’édition Familiale Premium: destinée au plus grand nombre, elle inclut Aero et le dernier Media Center, avec notamment un logiciel de montage vidéo (339 euros ou 229 pour la mise à jour)
- l’édition Vista Integrale (575 euros, 379 pour la mise à jour), enrichie de diverses fonctions comme une sauvegarde automatique des données. Selon DigitalWorld, cette version «pourra être enrichie avec des services et des logiciels exclusifs développés par Microsoft au fil du temps».

Dans tous les cas, le Journal du Geek dénonce des prix français bien plus élevés qu’aux Etats-Unis. A titre d’exemple, la version «Vista Integrale» coûte 380 dollars, contre 575 euros. Du simple au double, en tenant compte du cours actuel du dollar.

Sécurité
Selon PC World, «vous vous sentirez plus en sécurité à tous les niveaux» avec Vista. Et de citer notamment le firewall qui surveille désormais les données entrantes et sortantes, et une protection contre les spyware et le phishing, cette technique qui consiste par exemple à se faire passer pour votre banque afin de mettre la main sur vos informations personnelles. Au programme également, un système de contrôle parental, qui permet de limiter les horaires d’accès d’un enfant –ou d’un mari– à la machine.

Pas d’antivirus intégré en revanche: Microsoft, explique VnuNet, joue «le jeu de la concurrence» et commercialisera sa propore solution, Windows LiveOne Care, en même temps que Vista mais séparément, à 49,95 euros. Selon Wired, il est «trop tôt» pour évaluer véritablement les failles de Vista. Et pour cause: il faudra attendre qu’il soit largement répandu et que les pirates le mettent à l’épreuve.

Conclusion
Selon le cabinet d’étude Gartner, le plus grand adversaire de Windows Vista ne sera ni Linux Ubuntu, ni Mac OS X (ou la version 10.5, baptisée «Leopard», attendue pour la mi 2007). Le plus dangereux sera en fait… Windows XP. Il faudra en effet sans doute deux ans, au minimum, pour que Vista dépasse son aïeul. Rien ne presse.