Un chercheur d’Harvard utilise un superordinateur de l'université pour créer des Dogecoins

TECHNOLOGIE L’université américaine d’Harvard a en partie révoqué l'accès à ses installations à un de ses chercheurs. Elle lui reproche d’avoir utilisé sa ferme de calculs (clust computer) pour créer des Dogecoins, une monnaie virtuelle, similaire au Bitcoin…

Grégor Brandy

— 

Campus de l'université d'Harvard, aux Etats-Unis, le 10 mai 2010.
Campus de l'université d'Harvard, aux Etats-Unis, le 10 mai 2010. —

Un chercheur de l’université d’Harvard, aux Etats-Unis, s’est fait retirer son accès aux équipements du campus après avoir été pris en flagrant délit de minage de crypto-monnaie.

Si son identité reste inconnue, on sait grâce au Harvard Crimson, le journal de l’université, que cette personne utilisait la ferme de calculs Odyssey (plusieurs ordinateurs reliés entre eux pour augmenter les performances) pour créer des Dogecoins, un cousin du Bitcoin.

Un gain possible de plusieurs milliers de dollars

Pour créer cette monnaie virtuelle, et comme pour le Bitcoin, il faut «miner», c’est-à-dire utiliser un logiciel pour résoudre des problèmes mathématiques complexes. C’est donc pour cette raison qu’il avait décidé d’utiliser Odyssey. Et selon le Crimson, «le gain pourrait s'élever à quelques centaines voire quelques milliers de dollars».

Le responsable informatique de l’université, qui a révélé l’anomalie, a ensuite envoyé un mail à destination des membres du groupe de recherche informatique. Il y explique que «Odyssey et les ressources informatiques ne doivent pas être utilisés à des fins personnelles ou pour toute autre activité non-liée à la recherche».