E3: Ellen Page, star virtuelle du jeu français «Beyond: Two Souls»

Philippe Berry

— 

Ellen Page incarne le personnage de Jodie dans le jeu «Beyond: Two Souls» de Quantic Dream, attendu pour le premier trimestre 2013.
Ellen Page incarne le personnage de Jodie dans le jeu «Beyond: Two Souls» de Quantic Dream, attendu pour le premier trimestre 2013. — SONY/QUANTIC DREAM

De notre envoyé spécial

Est-ce un jeu cinématographique? Un film interactif? Sans doute un peu des deux. Avec Beyond: Two Souls, présenté au salon de l'E3, qui se tient cette semaine à Los Angeles, les Frenchies de Quantic Dream ont frappé fort. Et pourraient bien proposer, au premier trimestre 2013 et exclusivement sur Playstation 3, l'hybride ultime.

>> Retrouvez tous nos articles sur le salon de l'E3 ici

Pour passer à l'étape supérieure, le studio dirigé par David Cage a misé sur l'actrice Ellen Page (Juno, Inception), numérisée plus vraie que nature dans un thriller fantastique. Elle incarne Jodie, une jeune fille troublée qui possède un mystérieux lien avec une présence immatérielle. Ambitieux, le titre couvrira 15 ans de sa vie et le joueur sera amené à percer les secrets de « l'autre dimension ».

Plus que la motion capture, c'est « l'emotion capture » qui fascine. Le regard, notamment, possède enfin cette étincelle de vie et perd cet effet « zombie » commun à de nombreux jeux. Comme pour sa démo technique présentée en mars dernier, Quantic Dream a utilisé une prise pour mettre en boîte le corps, la voix de Page et son visage en une seule prise, afin d'obtenir une performance plus naturelle.

Déroulement non linéaire

Avec Fahrenheit et surtout Heavy Rain, Quantic Dream avait posé les jalons d'un genre de jeu ultra-immersif et non linéaire. « Beyond: Two Souls va encore plus loin », jure à 20 Minutes Ray Khalastchi, co-producteur associé chez Sony. Il montre notamment une scène dans laquelle il parvient à échapper à des policiers. « Jodie aurait pu être arrêtée; cela aurait emmené le joueur vers un autre segment. Dans Beyond, on ne refait jamais deux fois la même scène, l'aventure se poursuit quoi qu'il arrive », précise-t-il.

Reste la question du gameplay. Certains avaient reproché à Heavy Rain son approche trop mécanique et scriptée. Si Beyond conserve de nombreuses séquences lors desquelles il faut appuyer sur des boutons au bon moment, le contrôle est parfois traditionnel, souvent hybride. Grâce à « l'entité », le joueur peut encore se balader en toute liberté et posséder certains protagonistes. Entre des shoots bourrins et des franchises déclinées à l'infini, cette « French touch » fait du bien.