Un groupe de hackers revendique le piratage de centaines de sites chinois

© 2012 AFP

— 

Le groupe de hackers Anonymous China a revendiqué le piratage au cours des derniers jours de plus de 300 sites internet chinois, dont des sites gouvernementaux mais aussi commerciaux, pour protester contre la censure de la toile par le gouvernement chinois
Le groupe de hackers Anonymous China a revendiqué le piratage au cours des derniers jours de plus de 300 sites internet chinois, dont des sites gouvernementaux mais aussi commerciaux, pour protester contre la censure de la toile par le gouvernement chinois — Valéry Hache afp.com

Le groupe de hackers Anonymous China a revendiqué le piratage au cours des derniers jours de plus de 300 sites internet chinois, dont des sites gouvernementaux mais aussi commerciaux, pour protester contre la censure de la toile par le gouvernement chinois.

Selon des messages postés mardi, mercredi et jeudi sur son compte Twitter, ce groupe a bloqué ces sites, sur lesquels apparaît le message suivant, en anglais et en chinois: Au peuple chinois: votre gouvernement contrôle l'Internet dans votre pays et s'efforce de filtrer ce qu'il considère comme une menace pour lui».

«Cher gouvernement, tu n'es pas infaillible»

Tout en appelant les internautes chinois à utiliser des réseaux privés virtuels (VPN) pour contourner la censure, les hackers anonymes adressent aussi un message au gouvernement chinois. «Toutes ces années, le gouvernement communiste de la Chine a soumis son peuple à des lois injustes», affirment-ils, mettant en garde Pékin: Cher gouvernement chinois, tu n'es pas infaillible, aujourd'hui des sites internet sont piratés, demain ce sera ton vil régime qui tombera».

Le gouvernement chinois a annoncé fin mars un renforcement du contrôle de l'internet dans le pays, l'arrestation de plus de 1.000 suspects ainsi que l'effacement de plus de 200.000 messages considérés comme «nuisibles» depuis la mi-février.

Les opérateurs de plus de 3.000 sites internet ont reçu des avertissements tandis que des restrictions ont été imposées pendant trois jours à l'utilisation des microblogs, dont la Chine compte plus de 300 millions de comptes ouverts.