Barack Obama souhaite instaurer une déclaration des droits des internautes

WEB Le président des Etats-Unis propose un ensemble de mesures pour permettre aux Américains de mieux contrôler leurs données personnelles sur la Toile...

A.G. avec Reuters

— 

Barack Obama, lors de son 3e discours sur l'état de l'Union, le 24 janvier 2012.
Barack Obama, lors de son 3e discours sur l'état de l'Union, le 24 janvier 2012. — S.LOEB/NEWSCOM/SIPA

La Maison blanche a proposé ce jeudi d'établir une «déclaration des droits» pour protéger la vie privée des internautes, une initiative qui pourrait donner à terme davantage de moyens au gouvernement face à des géants du secteur comme Google ou Facebook.

La proposition n'impose aucune obligation dans l'immédiat aux entreprises du Web, mais le président Barack Obama a souligné que cette déclaration s'inscrirait dans un ensemble de mesures plus larges visant à donner aux Américains un contrôle accru de leurs données personnelles transitant sur la Toile.

«La confiance du consommateur est essentielle» 

«A mesure qu'évolue Internet, la confiance du consommateur est essentielle pour la poursuite de la croissance de l'économie numérique. C'est pour cette raison qu'une déclaration des droits de la vie privée sur Internet est aussi importante», a déclaré Barack Obama

Des fleurons du Net comme Google ou Facebook sont accusés de suivre à la trace les activités en ligne de leurs clients et d'utiliser ces informations pour envoyer des publicités ciblées. Des sociétés Internet ont cherché à devancer des réformes en adoptant leurs propres codes de conduite sur la protection de la vie privée, mais restent la cible de critiques du Congrès et des avocats des consommateurs pour leur manque de transparence.

Sept protections de base

La déclaration des droits proposée par la Maison blanche énumère sept protections de base que les sociétés devraient pouvoir fournir aux internautes.

Les consommateurs devraient ainsi pouvoir contrôler le type de données collectées, les entreprises devraient être transparentes sur l'usage qu'elles en font et respecter le contexte dans lequel elles ont été publiées. 

Le projet prévoit également de fixer des limites raisonnables aux données que les sociétés peuvent essayer de collecter et de conserver. 

Les entreprises du Web seront invitées à adopter volontairement ces principes et si c'est le cas, elles s'exposeront à des sanctions en cas de non respect de leurs obligations.