Nicolas Sarkozy veut lutter contre les paradis numériques

WEB Le président l'a expliqué dans ses vœux au monde de la culture ce mardi...

C.Pski avec Reuters

— 

Nicolas Sarkozy à Marseille, au Mucem, le 24 janvier 2012, lors de ses voeux à la Culture.
Nicolas Sarkozy à Marseille, au Mucem, le 24 janvier 2012, lors de ses voeux à la Culture. — ERIC FEFERBERG

Nicolas Sarkozy a lancé mardi un appel à une coopération internationale dans la lutte contre le piratage des œuvres culturelles sur Internet et accusé le Parti socialiste de prôner un «désarmement unilatéral» en voulant supprimer la loi Hadopi.

Le chef de l'Etat, qui présentait à Marseille ses voeux au monde de la culture, s'est réjoui que plusieurs pays, dont le dernier en date est l'Espagne, aient suivi l'exemple de la France en se dotant de tels dispositifs de lutte contre le téléchargement illégal.

Le téléchargement illégal, une «économie mafieuse»

«Il faut aller plus loin, la coopération entre Etats est nécessaire, car ce qui est en cause c'est la lutte contre les sites de streaming ou de téléchargement illégaux installés dans des paradis numériques», a-t-il dit ; en utilisant une terminologie utilisée d'habitude dans la finance.

Ce discours a été prononcé quelques jours seulement après la fermeture, cette semaine, par la justice américaine de Megaupload.com, un des principaux sites de partage sur Internet, et l'arrestation de ses dirigeants. Un système que Nicolas Sarkozy qualifie d’«économie mafieuse».

«La révolution numérique serait destructrice si les créateurs devaient en assumer le prix à travers l'expropriation de leurs droits», a-t-il dit, avant de réitérer son opposition à la licence globale, une rémunération forfaitaire des auteurs en fonction des téléchargements de leurs oeuvres.

Nicolas Sarkozy contre François Hollande

Défendant le bilan de la loi Hadopi, qui a enclenché un «cycle vertueux» selon lui, Nicolas Sarkozy a déclaré que la diminution du «piratage peer-to-peer» était imputable à cette loi. Ce qui l’a également conduit à vilipender le Parti socialiste qui, comme la majorité des internautes (60% d’entre eux en 2009), y est opposé.

Nicolas Sarkozy, qui officiellement ne s’est pas encore engagé dans la campagne présidentielle, s'est déclaré «sidéré d'entendre certains dire que la loi Hadopi doit être abrogée», utilisant une nouvelle fois la séquence des vœux pour s'en prendre au candidat socialiste François Hollande, qui a annoncé son intention de la supprimer.