Les réseaux sociaux font la chasse aux stars

WEB Google+ propose aux internautes d'interviewer David Beckham jeudi. Un dispositif qui s'inscrit dans une stratégie plus globale...

Anaëlle Grondin

— 

David Beckham répondra aux questions des membres de Google+ le jeudi 19 janvier 2012.
David Beckham répondra aux questions des membres de Google+ le jeudi 19 janvier 2012. — CAPTURE D'ECRAN/20MINUTES.FR

Vous rêviez de poser une question à David Beckham? Lui demander, au hasard, pourquoi il n’a pas signé avec le PSG et a choisi de rester à Los Angeles? Google vous donne la possibilité de lui soumettre votre message via son réseau social. Si vous publiez dès à présent votre question destinée au footballer sur Google+, suivie du hashtag #GoogleBeckham, elle pourrait être choisie pour une interview qui se fera en direct sur YouTube, à 18h (heure de Paris) jeudi. En bonus, la firme de Mountain View vous donne la possibilité de faire un chat vidéo avec le Spice Boy à 19h30 grâce à la fonctionnalité «hangout» de Google+. Pour cela, il faudra vous rendre sur son profil. Nul doute que les nombreux fans du footballeur, qui a délaissé ses crampons pour l’occasion, seront au rendez-vous pour avoir une chance d’entrer en contact avec lui.

Ce n’est pas la première fois qu’une célébrité communiquera avec ses fans via «hangouts» sur Google+. «Il y a eu les Black Eyed Peas et leur chanteur Will.I.Am, les Muppets, le mannequin Tyra Banks, des artistes tels que Steve Aoki (musique électro) ou Jay Chou (pop taiwanaise)», précise Google France à 20 Minutes. Une manière pour le géant américain d’attirer encore plus de monde sur Google+, concurrent direct de Facebook qui compte plus de 800 millions de membres à ce jour.

Il est logique que la firme de Mountain View organise ce genre d’événements en ligne. Les stars l’ont bien compris, les réseaux sociaux font partie des endroits les plus stratégiques pour faire leur promo, vendre leur marque, leurs produits dérivés, rallier les fans. Mais les réseaux sociaux sont aussi gagnants. La présence ou non de célébrités sur l’un d’entre eux a son importance, car elle peut influer sur son succès.

Les célébrités devenues indispensables pour les réseaux sociaux

Twitter le démontre. Lady Gaga vient d’atteindre les 18 millions d’abonnés, Ashton Kutcher en compte 9 millions, et si vous cherchez le profil de Rihanna, vous verrez que 12 millions de personnes suivent ses aventures. Même le Président Obama envoie des tweets de temps en temps, signés «BO». Parfois, c’est via des messages publiés sur le site de micro-blogging que ces stars choisissent de faire des annonces et créent le «buzz». C’est d’ailleurs au moment où Ashton Kutcher cherchait à atteindre le million de «followers» avant CNN au printemps 2009 que Twitter aurait véritablement décollé.

Google+ ne pouvait donc pas ne pas leur offrir une place à part entière. D’ailleurs, Brett Schulte, consultant à Hollywood spécialisé dans les médias sociaux, expliquait en juin dernier, peu après l’arrivée de Google+ sur le Web, que Google avait «un plan d’acquisition de célébrités». Il avait indiqué à CNN que la firme de Mountain View semblait «très intéressée par le fait d’avoir des stars» sur Google+. 

Facebook n’est pas en reste. Les «pages» mises en place pour les stars existent depuis un moment déjà. Mais l’apparition du bouton «s’abonner» en septembre dernier permet d’aller plus loin: il est possible de suivre les actualités d’un journaliste, d’un politique ou d’un artiste même si  vous ne faites pas partie de ses contacts (bien sûr, vous ne verrez que les messages que la personne en question a choisi de rendre publics). Ainsi, vous pouvez avoir accès à la timeline de Jessica Alba, remplie de photos personnelles qu’elle a acceptées de dévoiler. L’impression de proximité avec l’actrice pour les internautes est réelle. Une manœuvre judicieuse pour Facebook. Et avec les vidéo-chats lancés récemment par Google+, la guerre des opérations avec les stars n’est pas prête de prendre fin.

>> Et vous, suivez-vous l'actualité des célébrités sur les réseaux sociaux? Avez-vous rejoint Twitter ou Google+ pour pouvoir le faire? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.