La vidéo d'un juge battant sa fille pour du téléchargement illégal enflamme l'Internet mondial

WEB Le juge a reconnu que c'était bien lui dans la vidéo, en train de «discipliner» sa fille de 16 ans...

Philippe Berry

— 

William Adams, un juge texan, a reconnu qu'il était bien l'homme présent sur la vidéo.
William Adams, un juge texan, a reconnu qu'il était bien l'homme présent sur la vidéo. — DR

De notre correspondant à Los Angeles

Dernières info (2h45): Les poursuites judiciaires contre le père ont été abandonnées.

De prime abord, le clip semblait tellement surréaliste qu'on pensait à un fake. Mais mercredi soir, le juge texan William Adams a reconnu auprès de MSNBC qu'il était bien l'homme au ceinturon, qu'on voit en train battre sa fille de 16 ans pour avoir illégalement téléchargé de la musique et des jeux sur des réseaux P2P.

La jeune fille, aujourd'hui âgée de 23 ans, a secrètement filmé la scène en 2004 et a finalement décidé de la mettre en ligne car elle n'en «pouvait plus», a-t-elle expliqué jeudi, lors d'un talk-show matinal sur NBC.

 

Attention la vidéo ci-dessous est violente et les images peuvent choquer:

 

 

Repérée sur le site Reddit mardi, la vidéo devient vite virale. Aujourd'hui, elle a été visionnée plus de deux millions de fois. On y voit le juge asséner une vingtaine de violents coups de ceinture à sa fille, sur les jambes, les bras et les fesses. «Penche-toi sur le lit. Est-ce que ça t'amuse de désobéir à ton père et à ta mère? […] je vais te corriger pour que tu obéisses […] tu ne mérites pas de vivre dans cette putain de maison, tu mens et tu voles […] Putain d'ordinateurs, tu vas encore télécharger d'autres jeux vidéo?», hurle-t-il entre deux coups, alors que la mère se tient à ses côtés. Elle finit même par fesser sa fille.

 

L'Internet, justicier masqué

Dans un message accompagnant la vidéo, la jeune fille raconte la scène, puis termine: «Le juge William Adams n'est pas fait pour appartenir au système judiciaire s'il ne peut même pas exercer un jugement juste comme parent. N'autorisez pas cet homme à être réélu. Signé Hillary Adams, sa fille.»

 

Elle explique ne pas avoir agi «par désir de vengeance» mais pour «tourner la page». Son père, lui, affirme qu'elle a mis en ligne le clip car il avait menacé de lui reprendre sa voiture.

 

Sur Facebook, une page «Ne réélisez pas le juge William Adams» compte près de 30.000 fans. L'adresse du juge a été publiée et des centaines d'internautes ont commandé des pizzas qu'ils ont fait livrer à son domicile. Il dit même avoir reçu des menaces de mort. A tel point que sa fille a réagi, lançant: «Arrêtez de menacer mon père. Encouragez-le plutôt à se faire soigner.»

 

Pas de poursuites judiciaires

Le juge, lui, estime n'avoir «rien fait de mal». «J'ai discipliné ma fille, prise en train de voler. C'est vrai que je me suis mis en colère et que j'ai perdu le contrôle, mais je me suis excusé», déclare-t-il à la chaîne de télévision KRISTV. En 2007, sa femme a demandé le divorce, expliquant qu'elle se trouvait «sous son emprise».

 

Mercredi, une enquête a été ouverte par les autorités locales. Mais jeudi soir, le procureur du comté de Aransas-San Patricio a annoncé que les poursuites étaient abandonnées car il n'y avait «pas de comportement criminel» sur les images. De l'avis de nombreux experts, la frontière entre une correction musclée et des «coups et blessures» est complexe à déterminer, surtout sept ans après les faits.

 

Sur YouTube, les internautes sont partagés. Certains estiment «qu'une bonne correction n'a jamais fait de mal à personne» quand d'autres y voient «une violence insoutenable». Et vous? Donnez-nous votre avis ci-dessous.