L'ancien porte-parole de WikiLeaks dit avoir détruit 3.500 documents secrets

HACKTIVISME Afin, jure Daniel Domscheit-Berg, de protéger les sources...

P.B.

— 

20minutes.fr

Des secrets passés à la broyeuse. Daniel Domscheit-Berg, ancien porte-parole de WikiLeaks et ennemi juré de Julian Assange, affirme dans un entretien au journal allemand Der Spiegel avoir récemment détruit 3.500 documents confidentiels qu'il avait emmenés dans ses valises lors de son départ/éviction de l'organisation fin 2010.

Il dit avoir agi pour «s'assurer que l'identité des sources ne soit pas compromise». Selon lui, Assange n'était pas en mesure de garantir une publication sécurisée des documents.

Aucune a priori copie conservée

Selon Der Spiegel, il semble que les données «aient été perdues irrémédiablement». Via Twitter, WikiLeaks a confirmé que les documents dérobés contenaient notamment la «no fly list» américaine, cette liste des passagers interdits de vol –souvent des personnes suspectées d'appartenir à des groupes terroristes. WikiLeaks indique que 5 Go de données sur Bank of America faisaient partie du lot, ainsi que des emails d'un groupe allemand d'extrême-droite.

Julian Assange, cofondateur de WikiLeaks a pris sa plume pour réagir. Il accuse une nouvelle fois Domscheit-Berg, qui était responsable des sauvegardes de WikiLeaks, d'avoir volé ces documents et de collaborer avec des agences gouvernementales. Parlant de «sabotage», Assange répète qu'une action judiciaire a été entamée contre l'ancien porte-parole. Ce dernier a récemment lancé un site concurrent, OpenLeaks, qui se veut plus «sûr et transparent».