Google boycotte des sites d'information belges

L.A. Van Hullebusch

— 

 

Depuis 2006, un conflit oppose Google et Copiepresse (Société de droits d'édition de presse quotidienne belge). Peu médiatisé, ce différend est aujourd'hui accentué par une mesure drastique: Google a décidé de ne plus référencer les sites d'information belges francophones concernés. La Dernière Heure, Le Soir, L’Avenir, La Libre et Sudpresse ont donc été purement et simplement supprimés des résultats de recherche, à la suite de réclamations de la part de Copiepresse, qui réclamait une amende de 25.000€ à chaque infraction d'indexation.

Google trop sévère pour les journaux en question? Il faut croire que la décision n'est pas définitive. Le communiqué officiel de Google précise: «Compte tenu de la récente décision d’appel, nous retirons les contenus de Copiepresse de notre index. Nous regrettons d’avoir à prendre une telle mesure et nous restons ouverts à travailler en collaboration avec les membres de Copiepresse à l’avenir.» Une porte ouverte qui pourrait déboucher sur la réindexation, à l’avenir, des informations de ces quotidiens.